Selon la Chambre d’agriculture de l’Hérault, « maintenir les marchés ouverts est crucial » pour les producteurs locaux

Récolte de l'asperge - images d'illustration / © Joel Bissell / Max PPP
Récolte de l'asperge - images d'illustration / © Joel Bissell / Max PPP

Le gouvernement a annoncé la fermeture des marchés de plein air, "sauf dérogation". La Chambre d'agriculture de l'Hérault a adressé un courrier aux maires du département pour maintenir les marchés ouverts et assurer un débouché aux producteurs. Elle propose aussi de les relocaliser dans les stades.

Par Carine Alazet

Dans son allocution lundi 24 mars, le premier ministre Edouard Philippe a annoncé sa décision de "fermer les marchés ouverts"

Avec une nuance, âprement négociée par les syndicats agricoles : "il sera permis aux préfets sur avis des maires de déroger à cette interdiction" lorsque le marché, dans certains villages, est "le seul (moyen) parfois d'avoir accès à des produits frais".

C’est sur cette dérogation qu’insiste Jérôme Despey, président de la Chambre d’agriculture de l’Hérault et secrétaire général de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA).

Il a envoyé ce mardi 24 mars un courrier à tous les maires de l’Hérault et au préfet pour leur demander de mettre en place cette dérogation, «tout en respectant les normes de sécurité sanitaires les plus strictes ».

«ll est vital pour les producteurs de continuer les marchés de plein air, c’est important aussi pour diversifier l’alimentation », explique Jérôme Despey.

Un marché, c’est un lien social et une facilité d’approvisionnement, notamment pour les personnes âgées.

Laisser ouvert les marchés de plein air est un «problème crucial» pour l’agriculture.
 


«Plus de 20% des agriculteurs distribuent en circuit de proximité. Et ces ventes représentent une part importante du revenu des exploitants concernés», précise le président de la chambre d’agriculture de l’Hérault.

D’autant que dans le secteur des fruits et légumes, la récolte commence: les artichauts, les asperges et bientôt les fraises.


Des marchés à l’intérieur des stades ?


Certaines communes ont pris un arrêté interdisant les marchés de plein air avant même la décision du gouvernement, comme Montpellier samedi 21 mars.
 

Dans les villes, Jérôme Despey propose de « mobiliser les stades ».

Pourquoi ne pas mobiliser les stades ? On peut y réguler les entrées, sécuriser avec des barrières et veiller aux respects des consignes.

Avec la mise à l’arrêt du secteur de la restauration, en raison des mesures de confinement, les agriculteurs locaux ont déjà perdu une partie de leurs débouchés habituels.

"On a aussi demandé aux acteurs de la grande distribution de favoriser l’approvisionnement local."

En attendant, les agriculteurs s'organisent, notamment en relançant les livraisons de paniers.

Des initiatives individuelles, comme le raconte dans cet article France Bleu Hérault, ou coordonnées, quand les agriculteurs des Hautes-Pyrénées s'appuient sur le réseau "Bienvenue à la ferme".
 


Par ailleurs, la région Occitanie vient de lancer ce mardi 24 mars une plateforme pour mettre en relation agriculteurs et clients. Elle recense les agriculteurs qui peuvent effectuer des livraisons.

 
Coronovirus : les gestes barrières
Coronovirus : les gestes barrières

 

Les bonnes pratiques de sécurité sanitaires dans les marchés :

La chambre d’agriculture de l’Hérault a lancé une "intense campagne d'information auprès des producteurs commercialisant sur les marchés pour le strict respect des mesures barrières et des règles de distance dans les rapports interpersonnels ".

6 règles de sécurité sanitaires indispensables :

- espacement des étals,
- distances de sécurité entre acheteurs matérialisées
- absence de manipulation des produits par les acheteurs
- utilisation des sacs des acheteurs
- port de gants voire de masques par les producteurs,
- paiement préférentiel par CB sans contact
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus