Clapiers : "Même avec de l’argent, si on n’a pas un CDI, des garanties, on n'a rien", Christophe, 54 ans, à la rue

Publié le Mis à jour le
Écrit par Camille Nowak avec Cybèle Plichart

Christophe Vicente est un habitant de Clapiers en grande difficulté. Depuis deux ans et demi, il peine a obtenir un logement social. La semaine dernière, il a même dû dormir dans sa voiture. 

Divorce, accident de travail puis AVC ont conduit Christophe Vicente à se retrouver à la rue cette semaine. Cet ancien maçon se bat pour obtenir un logement social, en vain. Après plus de deux ans d'attente et sans aucune solution, il a dû dormir dans son véhicule, la semaine dernière. 

J’avais les pieds congelés et même en marchant, je ne sentais plus mes orteils.

Christophe Vicente, SDF

"Il est rejeté de la société"

Une situation "inacceptable" pour l'association Les Maraudes 34. Sur ses réseaux sociaux, elle alerte sur la situation de Christophe. "Christophe a effectué une demande de logement social depuis 2 ans et demi, sans succès, la mairie le promène et se renvoie la balle entre préfecture, assistante sociale..."

"Il est rejeté de la société, et ça je n’accepte pas", s’indigne Soazic Maréchaux, présidente des Maraudes 34. Avec son association, Soazic Maréchaux accompagne Christophe dans ses démarches.  

De son côté, le maire de Clapiers, invectivé sur les réseaux sociaux, réagit : 

Je ne peux pas accepter qu’un de mes concitoyens dorme dans sa voiture. Maintenant, il ne faut pas jeter les maires en pâture, nous ne sommes pas des bailleurs sociaux, des logeurs. Nous allons gérer la crise et faire en sorte qu’il soit accueilli dans des conditions décentes.

Eric Penso, maire de Clapiers

Hébergement provisoire dans des locaux désaffectés

En attendant une solution de logement pérenne, Eric Penso lui a finalement proposé un hébergement dans des locaux désaffectés et non chauffés.

Quand on a travaillé toute sa vie, on n'imagine pas se retrouver dans une telle situation à 54 ans, et là je n’en peux plus.

Christophe Vicente, SDF

Aujourd'hui sans emploi, Christophe garde malgré tout l'espoir de retrouver un travail. "Le travail c’est ce qui me motive. Je pensais que ça pourrait me permettre de trouver un appartement rapidement. Mais finalement, même avec de l’argent, si on n’a pas un CDI, des garanties derrière, on n’a rien", ajoute-t-il.

Suite à la diffusion de notre reportage vendredi dernier, le maire de Clapiers a proposé un rendez-vous en mairie à Christophe. Le maire du village voisin, Jacou a également proposé un entretien à Christophe.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité