Coronavirus: la Marche des Fiertés-Diversités-Pride annulée à Montpellier

Pas de Marche des Fiertés, cette année à Montpellier ! En accord avec le nouveau maire de la ville, le préfet de l'Hérault a décidé d'annuler la Gay Pride prévue le 26 septembre, à cause de la forte progression de la circulation du Coronavirus dans le département. 
 

Chaque année depuis un quart de siècle, la marche des fiertés et diversités, connue aussi sous le nom de gay-pride, se déroule à Montpellier. 8000 personnes y ont participé en 2017.
Chaque année depuis un quart de siècle, la marche des fiertés et diversités, connue aussi sous le nom de gay-pride, se déroule à Montpellier. 8000 personnes y ont participé en 2017. © SYLVAIN THOMAS / AFP
Initialement prévue le 11 juillet, puis reportée au 26 septembre, la 27e Marche des Fiertés - Diversités - Pride de Montpellier a finalement été annulée par la préfecture de l'Hérault.

Au regard des circonstances sanitaires du département, le préfet de l'Hérault, en accord avec le maire de Montpellier, a émis "un avis défavorable à la tenue de l'édition 2020". 

En effet, selon le communiqué publié mercredi soir, le département de l'Hérault enregistre une forte progression de la circulation du virus Covid-19, avec une augmentation du taux d'incidence journalier situé à près de 90/100 000 habitants, dépassant le seuil d'alerte de 50/100 000 habitants.
 

Toutes les tranches d'âges sont concernées et le nombre d'hospitalisations, et de personnes en réanimation, est en forte hausse.

Préfecture de l'Hérault

4500 personnes attendues dans la rue


La Gay Pride a lieu depuis un quart de siècle à Montpellier, c'est l'une des manifestation militante les plus anciennes de France avec celles de Paris. Le cortège devait comme d'habitude, démarrer des Jardins du Peyrou et se rendre dans le centre-ville de Montpellier. Près de 4 500 personnes devait y participer.

"Compte-tenu du nombre de participants annoncé, la déambulation dans le centre-ville de Montpellier un samedi après-midi, où l'on constate habituellement une forte densité de population, risque d'occasionner des regroupements de personnes sur la voie publique ne permettant pas de garantir le respect des mesures sanitaires définies au niveau national." explique le communiqué de la préfecture de l'Hérault.
 

Une association qui milite depuis 25 ans 


Les organisateurs de la Marche des Fiertés ont fait part de leur frustration sur leur page Facebook : 
 

On est triste, déçu-es, mais surtout motivé-es et avec la rage pour 2021!!

Association Fierté Montpellier Pride

 
Créée il y a 25 ans, l'association Fierté Montpellier Pride se bat pour la défense des droits des personnes homosexuelles, bisexuelles ou encore transgenres (LGBTQI+), lutte contre les discriminations et organise des événements en faveur des droits des LGBTQI+, dont la Marche des Fiertés était le point d'orgue chaque année, à Montpellier.

Pour Vincent Autin, qui a présidé l'association montpellièraine pendant 12 ans jusqu'en 2017, cette décision est logique vu la recrudescence des cas de coronavirus : "Le maire et le préfet ont pris leur responsabilités, la sécurité sanitaire doit l'emporter même si cette décision m'attriste".  
 

Les Prides sont des moments politiquement importants qui donnent de la visibilité aux personnes LGBT et qui permettent de construire une société plus inclusive des diversités.

Vincent Autin, pdt d'honneur asso Fierté Montpellier Pride



Celui qui fut aussi le premier marié gay de France à Montpellier il y a 7 ans, -événement couvert par des journalistes venus du monde entier- tient à souligner qu'aujourd'hui la lutte contre les discriminations homophobes est plus nécessaire que jamais et qu'elle doit s'effectuer tout au long de l'année. 

Ces dernières années, les actes homophobes ont augmenté en France, particulièrement à Montpellier comme dans l’ex Languedoc-Roussillon, région les plus touchées de France. En 2017, les signalements avaient augmenté de 93% par rapport à 2016.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social coronavirus/covid-19 santé société