La Croix Rouge de Montpellier aide des jeunes réfugiés africains à apprendre la langue et le mode vie français

La librairie la Cavale et la Croix Rouge de Montpellier sont partenaires pour offrir des livres aux 47 jeunes réfugiés d'Afrique accueillis dans le cadre d'un programme de l'ONU. 5/02/2020 / © C.Plichart / FTV
La librairie la Cavale et la Croix Rouge de Montpellier sont partenaires pour offrir des livres aux 47 jeunes réfugiés d'Afrique accueillis dans le cadre d'un programme de l'ONU. 5/02/2020 / © C.Plichart / FTV

C'est un projet pilote financé par l'Union Européenne. Accompagnés par la Croix Rouge, 47 réfugiés, de 18 à 25 ans, ont passé une soirée dans une librairie montpelliéraine. Ils en sont repartis avec des livres adaptés à l'apprentissage des codes de la société française.

Par C.Alazet avec C.Plichart

Adhanon Abed vient d'Erythrée. C'est dans un français appliqué et encore un peu hésitant qu'il se présente. Un véritable défi qu'il réussit avec un grand sourire.

Comme lui, 46 autres jeunes réfugiés, d'Erythrée, du Soudan ou de Somalie, sont accompagnés depuis l'été 2019 par la Croix Rouge de Montpellier dans leur intégration en France.

Une intégration qui commence bien-sûr par l'apprentissage du français et des codes sociaux de la vie en France.

Et quoi de mieux que des livres et du lien social pour les aider à bien démarrer leur nouvelle vie?

La Cavale, librairie coopérative du quartier de Beaux-arts à Montpellier, a organisé une soirée,  autour de textes et de musique en tigrigna (langue de l'Erythrée), somali, arabe, anglais et français et d'un apéritif partagé.

Parler avec des Français

Un moment convivial et d'échanges qui a permis d'offrir à ces jeunes des ouvrages, des dictionnaires et des jeux, facilitant l'apprentissage du français.

Une action éducative et culturelle, financée par un appel à projets de la filière lutte contre les exclusions de la Croix Rouge.

J'aime lire des livres.  Aujourd'hui, c'est une manière de m'entourer de Français, apprendre à les connaître, leur parler, même si je ne m'exprime pas encore très bien en Français, se réjouit Samuel Beyene, réfugié.

Des manuels pédagogiques, des livres, des jeux adaptés à un public adulte. Certains ont connu l'école, d'autres non . Ils ont un an pour intégrer la langue, les codes sociaux de l'hexagone, et de s'affranchir des barrières culturelles.

Ce n'est pas facile pour eux, les langues de la corne de l'Afrique ont un alphabet différent du nôtre, ce sont des langues qui n'ont rien à voir avec nos langues latines, explique Marguerite Cros, l'une des coopératrices de la librairie.

Tous ont connu les souffrances d'un parcours migratoire cahotique . Notamment la torture dans les camps lybiens .

Grâce à un programme du Haut Commissariat aux Réfugiés de l'ONU, ils ont pu être accueillis en France, obtenir l'asile politique et bénéficier de cet accompagnement specifique.

Un programme pilote financé par l'Europe pour l'instant expérimental dans l'Hérault mais qui devrait prendre une dimension régionale et permettre l'accueil de nouveaux jeunes adultes.

 

Sur le même sujet

Les + Lus