[Episode 1] Compostage de proximité à Montpellier: en appartement, c'est possible !

Les vers de compost, des alliés précieux en appartements pour alléger les poubelles et transformer les épluchures de cuisine en terreau fertile. / © France 3 Occitanie
Les vers de compost, des alliés précieux en appartements pour alléger les poubelles et transformer les épluchures de cuisine en terreau fertile. / © France 3 Occitanie

"Tous au compost !", c'est une opération nationale qui s'est déroulée du 30 mars au 14 avril. A cette occasion, voici notre série sur les solutions pour gérer les bio-déchets en ville. Exemple avec un compost d'appartement conçu à Pézenas (34).

 

Par Isabelle Bris

Les déchets organiques de cuisine et de jardin représentent 200 kilos par an et par habitant : soit un tiers de nos poubelles.

Si à la campagne ou en lotissement, il est assez facile de les jeter au compost, en ville, c'est tout de suite plus compliqué.

Une petite entreprise héraultaise, installée à Pézenas , dans l'Hérault propose une solution sur mesure pour ceux qui vivent en appartement.    
 

Une idée folle qui finit par payer


Le concept : reproduire dans une boite à roulette adaptée aux petites surfaces ce qui se passe sous terre, dans les champs et les jardins, où depuis bien longtemps les vers de terre mangent les bio-déchets et les recyclent.

L'aventure a commencé très modestement voilà près de quinze ans et le démarrage a été plutôt poussif.

Au début, les quatres premières années, on en a vendu vingt.... Il y avait une appréhension naturelle, et puis l'ambiance générale a changé, les gens ont pris conscience de la planète, ce qui fait qu'aujourd'hui, on vend quinzelombricomposteurs par jour !


raconte Jean-Paul Nourrit, l'un des co-fondateurs de la société.

Les vers de terre sont élevés au sein de l'entreprise dont les salariés se définissent comme des paysans urbains. 

Ils sont ensuite emballés par paquet de 500 et livrés par colis, avec tout leur équipement, au domicile des clients.


Un vivarium dans la cuisine


Augustin Nicoulin fait partie des utilisateurs militants. 

Voila trois ans que ce jeune père de famille a installé ce lombricomposteur chez lui en ville, à Montpellier.
Il prend plaisir à nourrir ses vers en compagnie de son fils. Anton, du haut de ses 4 ans, déchire soigneusement une boite d'oeufs, tout en s'étonnant qu'on puisse donner du carton aux vers de terre.

Le carton sert entre autres, à absorber le trop plein d'humidité. Les vers mangent tous les déchets bruts de la cuisine, ils aiment aussi le marc de café... 

Ca n'a rien de dégoûtant, Ca ne grouille pas, ça ne sent pas du tout mauvais. Ca sent un peu le sous-bois, la terre... Je ne vois pas cela du tout comme une poubelle, je le vois comme un éco-système, un vivarium.


 

explique ce jeune papa qui est passé pour un extraterrestre à ses débuts.
.


Subventionné par les collectivités 


Aujourd'hui, la société héraultaise expédie ses boites à roulettes garnies dans toute la France et emploie six personnes a temps plein.

Les collectivités représentent la moitié de sa clientèle. 

Dans l'héxagone, plus en plus de collectivités ont compris que l'installation de ces composts mobiles chez les particuliers allait permettre de réduire la production d'ordures ménagères.

Pézneas a été une ville pionnière à equiper ses admininstrés en lombricomposteurs dès 2007. Et depuis cinq ans, l'agglo de Montpellier rembourse même 50 euros pour l'achat d'un ces engins. 



 



 

Sur le même sujet

Meurtre de Prescillia à Estagel : un jeune homme de 18 ans en garde à vue

Les + Lus