Hérault : le spiderman Alain Robert escalade une tour de 46 étages à Londres

Le spiderman héraultais, Alain Robert, 56 ans, a réussi mercredi l'ascension des 46 étages d'une tour de la City, paralysant au passage une partie du cœur financier de Londres. Après l'ascension et un petit salut au public à l'arrivée au sommet, il a été arrêté.
Londres - le spiderman héraultais Alain Robert à l'oeuvre sur une tour de 230 mètres - 25 octobre 2018.
Londres - le spiderman héraultais Alain Robert à l'oeuvre sur une tour de 230 mètres - 25 octobre 2018. © DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Alain Robert a mis environ une heure pour escalader à main nue et sans matériel, comme à son habitude, la tour Heron, haute de 230 mètres, regardé par des curieux et la police, qui a isolé les lieux alentours en formant un cordon de sécurité.

"C'est ce que j'aime faire", a expliqué Alain Robert à un petit groupe de journalistes dans un hôtel voisin, peu avant l'escalade.
 

"J'ai consacré pratiquement toute ma vie à escalader des montagnes, des falaises, mais toujours en +free solo+, sans matériel de sécurité".


Alain Robert, qui accomplit généralement ces ascensions sans matériel pour s'assurer, a plus d'une centaine d'immeubles à son palmarès et figure au livre Guinness des records. Il a notamment escaladé la Burj Khalifa, plus haute tour du monde (828 m) située à Dubaï, la Tour Eiffel ou encore les tours jumelles Petronas de Kuala Lumpur.

Il a reconnu se sentir "très nerveux" avant l'escalade, comme à chaque fois. "Mais dès que je commence à grimper, ça va bien parce que je sais que je vais être complètement concentré".

Un public s'est amassé au pied de la tour pendant l'ascension, et la police est arrivée quelques minutes plus tard.

"Ca me fait bizarre, c'est mon bureau", soupirait John Doherty, 36 ans, qui travaille dans la finance, en regardant le Français. "Je reviens juste de ma pause déjeuner et... surprise!".
Nitin Kumar, une Indienne de 29 ans, s'étonnait: "C'est dingue! C'est incroyable de voir quelqu'un faire ça!"

Arrivé au sommet, Alain Robert a fait un grand signe des bras avant de disparaître, et a été arrêté.

Il s'y attendait en tous cas avant l'ascension : "Ils m'arrêtent toujours", a-t-il dit.
 

"En 95, c'était OK, mais après le 11 septembre, c'est devenu plus compliqué".

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite sorties et loisirs people culture royaume-uni international sport