"Ils se soulagent sur le parking" : installés à nouveau sur leur zone commerciale, les gens du voyage mettent "à cran" les commerçants

Branchements sauvages sur leurs compteurs d'électricité, poubelles et déjections à proximité de leurs établissements, des restaurateurs de Saint-Jean-de-Védas au sud de Montpellier sont excédés par le retour des gens du voyage sur le parking de leur zone commerciale

Bis repetita. Quelques semaines seulement après une première installation devant son restaurant, Bruno Le Saulnier, gérant de Fourchette et Tire-bouchon à Saint-Jean-de Védas, ne décolère pas. Mardi 15 février, il a de nouveau vu revenir les caravanes des gens du voyage sur le parking de la zone commerciale de la ZAC de la Peirière au sud de Montpellier. Quelques minutes seulement après leur arrivée et comme ils l'avaient fait la première fois, les gens du voyage se sont branchés sur les compteurs électriques des commerces à proximité.

Ce vendredi matin, le réveil a été difficile. Comme la dernière fois, les occupants des caravanes ont utilisé les toilettes d'un cabinet médical, et ce vendredi matin ses abords étaient jonchés d'excréments et de papier toilette souillé.

Ces installations illicites sont souvent accompagnées d'un manque flagrant d'hygiène. Les gens du voyage se soulagent sur les parkings voisins et laissent leurs déchets devant nos enseignes.

Les commerçants

Après l'installation des gens du voyage

Cela a des conséquences désastreuses pour notre image de marque et notre attractivité auprès de nos clients", poursuivent les commerçants, joints par France 3 Occitanie.

Ils jouent la montre

"La seule mesure que nous pouvons prendre est de déposer plainte pour vol d'énergie et dégradations mais cela n'a qu'un effet à long terme et ne dissuade malheureusement pas les contrevenants de rester plusieurs jours avant que le préfet intervienne avec les gendarmes pour les expulser".

Des terrains doivent être disponibles et accessibles pour l’accueil de ces personnes, concluent les commerçants de ZAC de la Peirière. Ils en appellent aux pouvoirs publics pour faire respecter la loi.

Ce vendredi 16 février, ils indiquent qu'il vont aller porter plainte à tour de rôle.