"J’ai un micro à la maison, mais là ce n’est pas pareil" : des collégiens en situation de handicap s’initient à la radio

À Saint-Clément-de-Rivière, dans l’Hérault, les collégiens bénéficiaires du dispositif ULIS (Unités localisées pour l'inclusion scolaire) découvrent les coulisses de la fabrication d’une émission radio.

"Comment dire l’amour ", cette phrase prononcée en chœur par des élèves du collège du Pic Saint-Loup à Saint-Clément-de-Rivière, est enregistrée à plusieurs reprises.

Les collégiens bénéficiaires du dispositif ULIS (Unités localisées pour l'inclusion scolaire) se familiarisent avec les équipements des professionnels de la radio. Les élèves de différentes classes confondues (allant de la 6ème à la 3ème) sont encadrés par des animatrices radio, également médiatrices éducatives de l’association d'intérêt général « On a quelque chose à dire ». Ensemble, ils produisent une émission de 20 minutes avec pour thème “Comment dire l’amour”.

Nous leur expliquons les techniques, et ensuite nous les regardons faire, et ils se débrouillent vraiment bien. La relève est assurée !

Manon Millon

Intervenante éducative radio de l'association Oaqadi

Travail collectif

Pendant une semaine, les collégiens préparent l’émission de 20 minutes qu’ils conçoivent de A à Z. Avant de tenir les micros en mains, ils rédigent les textes. « C'est un gros travail d’écriture, on a écrit plein de choses sur le thème de l’amour », précise un élève.

Le choix des chansons, des jingles et de tous les types de sons est travaillé. Les sourires sont fréquents, en particulier lorsqu'il faut changer de timbre de voix.

J'ai un micro chez moi, mais là ce n'est pas pareil, c'est très amusant à vivre

Tylia

Collégienne

Pour leurs exercices, notamment l’enregistrement de micros-trottoirs, ces jeunes ont le droit de quitter la classe. Ils recueillent leurs témoignages dans la cour de récréation ou encore auprès du personnel de l’établissement. Très rapidement, ces collégiens se mettent dans la peau d’animateurs radio lorsqu'ils interrogent notamment les CPE. Dans l’établissement, tout le monde se prête volontiers au jeu.

Je pensais que la radio, c’était une salle avec des micros et c’est tout, je ne savais pas que les animateurs se déplaçaient.

Illian

Collègien

Projet pédagogique

En tout, 15 heures de travail sont nécessaires. Cette expérience radio est certes ludique, mais aussi pédagogique. Elle s’inscrit dans le cadre d’un projet de classe ULIS dont bénéficient les élèves.

La radio permet de travailler l’oral. En classe ULIS, les élèves qui sont bons à l’oral peuvent ainsi être valorisés. Ce projet permet aussi d’écrire pour être entendu. C’est une forme d’écriture qui n'est pas habituellement travaillée à l’école. Cela prend tout son sens !

Christine Boisson

Enseignante spécialisée ULIS.

Podcast et diffusion sur les ondes des radios

Seul le montage est réservé aux professionnels de la radio qui ont l’habitude de travailler avec des publics fragiles, éloignés de l’univers culturel. Cette manière ludique d’apprendre est une opportunité pour découvrir les coulisses et rendre accessible un univers qui suscite l’intérêt de la jeunesse.

Pour nous, c’est une mission d’éducation prioritaire. À chaque fois, le public en sort galvanisé et valorisé. C’est un projet qu’ils ont créé ensemble, un peu comme une pièce de théâtre.

Tatiana Arfel

Intervenante éducative radio de l'association Oaqadi

Le résultat de leur travail sera diffusé en podcast et également sur les ondes des radios associatives locales une fois le montage terminé.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité