La Halte solidarité, un lieu de répit pour les sans domicile fixe à Montpellier

A Montpellier, on dénombre près de 300 SDF… que personne ne semble voir. A leur chevet, veillent la société de Saint-Vincent-de-Paul, le Secours Catholique et Santé Solidaire, réunies au sein d’une Halte Solidarité pour apporter chaque matin un peu de chaleur et de réconfort.

Rupture, divorce, maladie, accidents de parcours et parfois une chute vertigineuse pour certains d’entre eux. Les SDF, les invisibles comme on les surnomme parfois, ces hommes et ces femmes dont la vie a basculé dans l’anonymat en quelques mois, quelques jours parfois.

Ca peut arriver du jour au lendemain, tout le monde peut perdre son travail du jour au lendemain, tout le monde peut avoir un problème dans son couple du jour au lendemain, ça peut arriver. 

Jonas, sans domicile fixe

" Ca peut arriver du jour au lendemain, tout le monde peut perdre son travail du jour au lendemain, tout le monde peut avoir un problème dans son couple du jour au lendemain, ça peut arriver.  Il y a beaucoup de gens dans le désespoir. Et il faut savoir rebondir, et quand ça arrive, on a pas forcement le cerveau pour réfléchir sur le moment. Donc, ça peut être difficile, mais heureusement à Montpellier, il y a pas mal de points d 'écoute, les gens sont plutôt agréables. Ca va, on s 'en sort , mais c'est compliqué ... , témoigne Jonas, trentenaire sans domicile fixe.  

De la chaleur et du réconfort, c’est ici qu’ils en trouvent, à la Halte Solidarités.  La halte solidarités, c'est le regroupement de 3 associations caritatives catholiques à Montpellier. Leur mission : aider les Sans Domicile Fixe dans la journée, en complément des accueils de nuit, plus nombreux et mieux connus. Cet accueil de jour  propose des repas, des douches, des activités en commun et beaucoup d'écoute.

Au quoitidien,  près de 150 personnes franchissent la grille d’entrée de ce lieu emblématique de la ville. 

" Moi je viens prendre le café, ma douche, c'est important d'être propre.  Ici, tu peux avoir un repas pour 2 euros, entrée -plat-dessert. On a la chance d'avoir des gens qui sont remplis de bonté et qui font ça bénévolement. Ils sont là juste pour aider, par altruisme, " souligne Nassim,  sans domicile fixe. 

Un endroit ouvert à tous, sans condition. 

On a vraiment un melting-pot de personnes qui viennent car on est vraiment dans un accueil inconditionnel des gens. Et la cour, qui est un peu à l'abri des choses et des gens, fait que les personnes viennent plus facilement sur notre lieu, " détaille Solène Rochette, coordinatrice association St-Vincent-de-Paul 34.

" Je fais tout pour que cela ne soit qu'un passage "

Un lieu pour recharger les batteries, reprendre des forces en cette période de grand froid, mais pas seulement. 

" Une fois les besoins comme les repas remplis, nous ressentons très fortement qu'ils ont aussi un besoin de rencontres, un besoin d'échanges et c'est que nous essayons d'offrir. Souvent, une fois la douche prise, qu'elles sont un peu requinquées, les personnes ont un autre aspect, une autre forme , " confirme Vincent Baron coordinateur au Secours Catholique 34. 

Une pause, un temps pour soi, pour essayer de s'en sortir. 

" J'ai envie que ce soit qu'un passage, je fais tout pour que cela ne soit qu'un passage. Mais je connais des gens qui ne voulaient pas rester dans la rue et ça fait 10 ans qu'ils sont dans la rue. Au final, des fois, c 'est l'engrenage parce qu'on finit par connaitre des gens qui sont dans la rue et on finit par rester avec eux parce qu'en fait ça devient notre milieu social. Et moi, ce que je recherche, c est la stabilité dans ma vie. Jai tout perdu d'un coup, je n'étais pas prêt et j'espère ne pas rester comme ça trop longtemps , " conclut Jonas . 

Un peu de chaleur et de réconfort avant de repartir arpenter les rues de Montpellier.

Ecrit avec Jean-Philippe Faure.