Le CHU de Montpellier propose 130 CDI pour recruter des infirmiers et des aides-soignants

Pour faire face au manque de personnels et à la crise des vocations, le CHU de Montpellier vient de signer un accord avec les syndicats. Il prévoit une revalorisation des grilles de salaires, des créations de postes, des formations et des allocations de fin d'étude pour les étudiants qui s'engagent à travailler à l'hôpital.

Après 2 ans de pandémie de Covid, le CHU de Montpellier doit renforcer durablement ses effectifs. Il faut attirer du personnel et surtout conserver les salariés déjà en poste.

D'où la signature cette semaine, d'un accord entre la direction et les syndicats pour "renforcer l'attractivité sur le marché de l'emploi et motiver les professionnels en poste".

Le CHU de Montpellier, c'est 12.000 salariés, dont 420 emplois créés, hors médecins, entre 2016 et 2022.

130 postes à pourvoir

L'urgence, c'est le recrutement de 100 infirmiers, soit 5% des effectifs, et 30 aides-soignants.

Car le CHU de Montpellier fait face à une situation inédite. "Le volume déjà conséquent de recrutements habituels pour faire face au turnover naturel de l'établissement se cumule cette année aux nombreuses créations de postes visant à consolider les équipes et à mettre en oeuvre des projets de développement de l’offre de soins et de modernisation de l’hôpital" explique la direction.

Le report des soins imputables à la crise sanitaire n'a fait qu'accentuer le phénomène.

Un nouvel accord social

Le protocole d’accord, signé par la direction avec toutes les organisations syndicales représentatives du personnel (CFDT, CGT, FO, UNSA), présente à la fois l’ambition d’attirer davantage de candidatures vers le CHU, mais aussi d’améliorer les conditions d’emploi des personnels en poste.

  • Revalorisation des grilles de salaire des contractuels après le Ségur de la santé.
  • Des contrats directs en CDI pour les infirmiers et les aides-soignants.
  • Une titularisation statut fonctionnaire après un an.
  • Des formations et évolutions de fonctions en interne.
  • Des contrats d'apprentissage pour les jeunes étudiants et professionnels.
  • Une allocation de fin d'étude de 500€/mois pour les élèves de 3e année qui s'engagent à rejoindre l'hôpital à la fin de leurs études, notamment en gériatrie.
  • Favoriser la mobilité interne et la promotion professionnelle.

Enfin, le protocole prévoit un plan sur 3 ans pour un accès facilité au statut de fonctionnaire pour ses agents contractuels de catégorie C (agents de bio nettoyage, agents d’entretien, agents administratifs, etc.) et améliorer les conditions d’emploi et de rémunération des secrétaires médicales.

Un accord applicable au 1er juillet salué par les syndicats même s'ils estiment qu'il faudrait faire plus pour répondre aux besoins réels de l'hôpital.

Le CHU de Montpellier a déjà reçu ses premières candidatures, notamment des demandes de mutation en provenance de la région Île-de-France.