Le club de football Sète Olympique et le préfet de l'Hérault face à face devant tribunal administratif pour trancher sur l'agrément du club

Le mardi 23 avril, la préfecture de l’Hérault annonçait le retrait de l’agrément au club de football Sète Olympique dans le cadre “de la lutte contre le séparatisme et le communautarisme” dans le département. Une décision contestée par le club devant le tribunal administratif. L’audience a eu lieu ce jeudi 16 mai.

Le club de football sétois arrivait "serein" au tribunal administratif de Montpellier ce jeudi 16 mai, selon leur avocat Sefen Guez-Guez. Lorsque l’agrément leur a été retiré en février dernier suite à un arrêté préfectoral. L'institution a communiqué à ce sujet que le 24 avril.

Les sportifs dénonçaient par la voix de leur avocat "une décision disproportionnée et illégale. Ils espèrent “une suspension de la décision", prise selon eux "en violation des règles de procédure."

"On est dans une question d'affichage politique"

A la sortie du tribunal, Maître Guez-Guez dénonce un arrêté "qui ne repose pas sur des accusations de communautarisme. On est dans une question d’affichage politique. Le préfet médiatise l’affaire lorsqu’il est convoqué par le tribunal administratif. Il n’y a rien de concret sur le club et ce n’est pas le préfet qui décide de qui rentre ou pas dans l’association sportive." 

Concernant la composition d’une équipe féminine, elle est selon l’avocat justifiée par "le nombre d’adhérents qui ne permet pas d'ouvrir une nouvelle section."

Dans le département d'autres clubs n'ont pas de section féminines et cela ne pose pas de problèmes.

Sefen Guez-Guez

Avocat du Sète Olympique

Tapis de prière et logo faisant référence à une religion

Le préfet, présent à l’audience, explique la décision de retirer l’agrément au club suite à un contrôle en 2023 par la commission départementale des sports. "Lors du contrôle à la cheffe du service départemental, un responsable du club affirme qu’il ne souhaite pas accueillir de femmes. Dans le hall d’entrée, il y avait des tapis de prière. Le logo du club faisait référence très directement à une religion. Lors de l’audience, dans le tribunal de la république, les représentants réitèrent qu'ils ont dit qu’ils avaient l’objectif de réunir des musulmans." 

Je pense que dans cette association on n’y fera pas que du sport et cela me pose problème.

François-Xavier Lauch

préfét de l'Hérault

Il a remis au tribunal une enveloppe avec d’autres éléments car certains membres du club "partagent des idéologies que je qualifie de communautaires ou de salafistes. Des signaux qu’il faut donner au tribunal. Car ce club veut accueillir des enfants, je n’ai pas envie que des enfants soient au contact de ce type de personnes dans la République Française." 

Réponse attendue en fin de journée.

Écrit avec Mathias Garnier

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité