Loup : One Voice au tribunal administratif de Montpellier pour protéger l'animal dans l'Hérault

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuel DESHAYES .

"Pour faire respecter la loi sur la protection des loups", l'association One Voice saisit le tribunal administratif de Montpellier le 30 novembre 2022. L'association espère faire suspendre un arrêté préfectoral autorisant les tirs de défense renforcée dans le département de l'Hérault.

"On ne lâche rien", assure-t-on au siège de One Voice à Paris. "Pour faire respecter la loi sur la protection des loups", l'association a décidé de saisir le tribunal administratif de Montpellier le 30 novembre prochain. Dans le viseur de ces militants qui défendent le loup partout dans l'Hexagone, cet arrêté préfectoral signé le 27 octobre 2022. Un arrêté qui autorise des tirs de défense renforcée pour un éleveur de Fraisse-sur-Agout, menacé par le prédateur.

"Pour un seul troupeau situé dans une zone non protégeable, le préfet de l’Hérault autorise d’emblée des tirs de défense renforcés sur des loups sans être passé d’abord par des tirs d’effarouchement et de défense simples" s'insurge l'association. 

Un référé-suspension et un recours en annulation

L'avocate de One Voice a donc déposé un référé-suspension pour empêcher immédiatement l’application de cet arrêté. Me Hélène Thouy, par ailleurs cofondatrice et coprésidente du Parti animaliste depuis 2016, a aussi engagé un recours en annulation qui, lui, sera jugé ultérieurement.

"On n'attaque pas systématiquement, juste quand ça vaut vraiment le coup", précise Jessica Lefèvre-Grave, la porte-parole de One Voice. Mais pour les défenseurs du canidé, les tirs ne sont une solution "ni durable ni acceptable" pour une cohabitation "heureuse" avec les habitants en montagne.

Les loups sont des animaux sensibles, discrets, sociaux, qui ont toute leur place dans nos écosystèmes. Leur espèce est revenue naturellement sur le territoire national, preuve, s’il en fallait une, que les conditions de leur présence sont réunies.

Communiqué One Voice, 22 novembre 2022 

"Aucune attaque depuis un an !"

L’association rappelle que le loup (Canis lupus) est une espèce protégée par la Convention de Berne et la Directive de 1992 dite "habitats". Cette directive européennes impose une "protection stricte des loups au sein des États membres". Des dérogations sont possibles mais elles restent très encadrées. L’arrêté ministériel du 23 octobre 2020 permet ainsi les préfets de mettre en place ponctuellement des mesures d’effarouchement, des tirs de défense simples, des tirs de défense renforcés et enfin des tirs de prélèvement. 

Et c'est là que One Voice compte bien mettre en défaut la décision du Préfet de l'Hérault. Cette gradation obligatoire n'aurait pas été respectée. "Pour le troupeau de Fraisse-sur-Agout, certes il a été déclaré non protégeable, mais d’une part aucun tir de défense simple n’a été autorisé au préalable, et surtout, il n’y aurait eu aucune attaque depuis un an !"  Pour One Voice, l’arrêté préfectoral ne remplit donc pas les conditions permettant d’octroyer légalement cette autorisation de tirs.

Quatre loups dans l'Hérault 

Le 24 juin 2022, Hugues Moutouh avait affiché sa "préoccupation face à la multiplication des attaques de prédations par le loup". Le Préfet de l'Hérault évoquait alors la présence de 4 individus dans le nord du département, dans les secteurs du Caroux, du Somail et du Larzac.

Rappelant "le droit des éleveurs à vivre de leur métier mais aussi l’importance du rôle joué par le pastoralisme dans notre territoire", il avait annoncé une autorisation de tir de défense renforcée "dans l’objectif de faire baisser la pression de la prédation". Contactée par France 3 Occitanie, la préfecture n'a souhaité faire aucun commentaire sur ce contentieux avec One Voice.

Le 7 novembre dernier, l'association One Voice avait déjà déposé un référé-suspension d'urgence contre un arrêté publié fin octobre, autorisant le tir de prélèvement d'un loup dans le Gard  Le tribunal administratif de Nîmes a rejeté cette requête mercredi 16 novembre 2022.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité