Montpellier : 3 mois après l’incendie de leur immeuble, ils attendent toujours les travaux

Publié le Mis à jour le
Écrit par Joane Mériot .

Depuis plus de 3 mois, les habitants de la résidence du Lac à Montpellier, dans le quartier de la Paillade, vivent dans l’insalubrité après l’incendie qui a ravagé une partie de leur immeuble. Ils ont décidé d’interpeller l’ARS, pour entamer rapidement les travaux.

Les habitants de la résidence du Lac à Montpellier en ont marre. Près de trois mois après l'incendie qui a frappé l'immeuble, et malgré les travaux d'urgences, les familles se plaignent, notamment des nuisances olfactives liées à la présence de suie dans les parties communes :

"Ce n’est pas un endroit où l’on peut vivre en tant qu’humain, on commence à s’impatienter, avec l’hiver qui arrive on est inquiets", se plaint une mère de famille et résidente de l'immeuble. 

Ensemble, la vingtaine d'habitants touchés par ces dégâts a décidé d’interpeller le département de la santé public à Montpellier, l’ARS. Ce jeudi après-midi, ils ont manifesté devant les locaux de l’établissement.





Ils étaient accompagnés de la députée France insoumise, Muriel Ressiguier qui se propose de jouer les médiateurs :



"La résidence du lac est absolument invivable après l’incendie qui a eu lieu, l’odeur est insupportable, nous sommes dans des conditions d’insalubrité. L’ARS est une agence d’état c’est elle qui doit décider, elle est obligée de faire respecter la salubrité des logements, c’est à l’état d’intervenir."



Contacté par téléphone ce jeudi, le bailleur social SFHE annonce le début des travaux la semaine prochaine, hasard du calendrier ou grande réactivité ?



Le reportage de Cybèle Plichart et Franck Detranchant 



Depuis plus de 3 mois, les habitants de la résidence du Lac à Montpellier, dans le quartier de la Paillade, vivent dans l’insalubrité après l’incendie qui a ravagé une partie de leur immeuble. Ils ont décidé d’interpeller l’ARS, pour entamer rapidement les travaux. ©F3 LR

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité