Montpellier : 5 viticulteurs de l'Hérault et du Gard jugés pour association de malfaiteurs

Publié le Mis à jour le
Écrit par Joane Mériot

Cinq viticulteurs gardois et héraultais comparaissent ce mardi devant le tribunal de Grande Instance de Montpellier pour associations de malfaiteurs. Une manifestation de soutien s'est tenue en ouverture d’audience.

Ce mardi cinq viticulteurs sont jugés par le Tribunal de Grande Instance de Montpellier pour avoir participé à un convoi avant une action coup de poing en mai dernier, en Gironde. Ils sont poursuivis pour associations de malfaiteurs en vue de destruction ou dégradation.

Le syndicat des vignerons gardois avait appellé à manifester pour soutenir leurs camarades mis en cause.

durée de la vidéo: 00 min 36
Procès des viticulteurs à Montpellier : Maître Jean-Robert Phung, avocat de la défense


De 12 à 24 mois de prison avec sursis et une mise à l'épreuve requis vers 20h40 contre les 5 viticulteurs. Pour l'un d'entre eux, il est aussi demandé la confiscation de son arme.
durée de la vidéo: 01 min 08
Procès des viticulteurs à Montpellier : Martial Bories viticulteur poursuivi




Suivez le procès en direct, avec notre live tweet avec Joane Mériot


Manifestation et procès dans le calme à Montpellier

Mieux vaut prévenir que guérir. Cette fois-ci, la préfecture de l'Hérault a déployé les grands moyens policiers pour éviter tout débordement devant le palais de justice de Montpellier.
Les soutiens aux cinq viticulteurs sont bien là mais l'ambiance est bon enfant.

A l'intérieur, dans la salle d'audience, c'est plus tendu. Pendant trois heures, procureur et avocats de la défense ferraillent. Il est question de procédure pénale et de légalité des pièces d'accusation du dossier.

En effet, l'affaire est complexe. Aujourd'hui, on traite de l'interpellation de cinq viticulteurs en Gironde le 3 mai 2017. Des arrestations rendues possibles après des écoutes téléphoniques. Ecoutes illégales selon les avocats qui demandent l'annulation de la procédure, en vain.

Au final, vers 17h, le tribunal accepte de juger l'affaire sur le fond. Les prévenus risquent jusqu'à 10 ans de prison.
durée de la vidéo: 01 min 31
Montpellier : 5 viticulteurs comparaissent pour association de malfaiteurs ©F3 LR

Ecoutez un viticulteur du Gard qui explique pourquoi il est venu soutenir ses collègues ce mardi à Montpellier.

durée de la vidéo: 01 min 54
Un viticulteur du Gard venu soutenir ceux qui passent au tribunal à Montpellier

Retour sur les 3 dossiers

L'interception d'un convoi de viticulteurs à Saint-Selve en Gironde avant une action coup de poing des viticulteurs en mai 2017

Le 3 mai 2017, un convoi de 32 viticulteurs, venus en majorité du Gard et de l'Hérault, avait été intercepté au péage de Saint-Selve, en Gironde. Dans les véhicules avaient été découverts cinq haches, trois masses, 60 litres de gazole, un chalumeau, une grosse bombe lacrymogène et des cocktails Molotov.
Des téléphones acquis spécialement pour l'opération projetée avaient été aussi saisis.

Cinq viticulteurs ont été arrêtés et ils on tous ont été placés sous contrôle judiciaire en attendant le procès qui se tient aujourd’hui.

Au total, le parquet et le SRPJ de Montpellier travaillent sur 32 faits recensés entre le 4 avril 2016 et le 7 août 2017, revendiqués par le CRAV ou ses émanations locales, les CAV (Comités d'action viticole) sur tout l'ex-Languedoc-Roussillon. 

Deux autres affaires sont aujourd’hui dans le collimateur de la justice :

Le saccage des locaux Vinadeis à Maureilhan

Une trentaine d'hommes s’était introduits dans les locaux du groupe Vinadeis à Maureilhan le 19 juillet 2016, dans l'Hérault. Ils avaient saccagé les locaux administratifs.

 

L’ouverture des cinq vannes de l’entreprise Biron à Sète

Le 2 août 2016 au soir, plusieurs milliers de litres de vins avaient inondé la zone de Sète. L’acte était intentionnel et revendiqué par le CRAV. Les vannes des 5 cuves de l'entreprise Biron avaient été ouvertes, provoquant des inondations dans les caves et parkings environnants. Entre 20.000 et 50.000 litres, se sont répandus sur la chaussée et dans les caves environnantes.