Montpellier : après l’arrêt de la chasse, vers une interdiction de la pêche au vif ?

A Montpellier, la Fédération héraultaise de la Pêche réagit face à une éventuelle interdiction de la pêche au vif dans les communes de la métropole. L'adjoint au maire en charge du bien-être animal a formulé le souhait d'interdire cette pratique. Explications.

La pratique de la pêche au vif, consiste à utiliser un animal vertébré encore vivant comme appât pour attirer un poisson - février 2021.
La pratique de la pêche au vif, consiste à utiliser un animal vertébré encore vivant comme appât pour attirer un poisson - février 2021. © MAXPPP - Max BERULLIER

La fédération de pêche de l’Hérault a adressé un courrier aux maires des différentes communes de la métropole de Montpellier pour «alerter sur l’évolution de la pêche au sein de certaines grandes métropoles» peut-on lire sur la lettre. 

La pêche au vif au coeur du débat

Au début du mois de février, la Ville de Paris a décidé d’interdire la pêche au vif, une pratique qui consiste à utiliser un animal vertébré encore vivant comme appât pour attirer les poissons, une pratique barbare pour l'association Paris Animaux Zoopolis. Pour l’instant, rien n’est encore fait puisque pour que l’interdiction entre en vigueur il faut que la préfecture prenne un arrêté en ce sens, ce qui n'est pour l'heure pas le cas.

Mais les pêcheurs de l’Hérault, emmenés par le président de la Fédération Jean-Jacques Daumas, craignent qu’une telle interdiction soit prise pour la municipalité de Montpellier, comme ce fût récemment le cas pour la chasse.

Parmi leurs arguments pour s’opposer à une éventuelle interdiction : «La présence d’un ardillon ne peut avoir une influence sur une éventuelle souffrance d’un poisson, si tant est qu’il soit prouvé que les poissons souffrent. De nombreuses fédérations de pêche interdisent l’ardillon sur des parcours ou le poisson doit être obligatoirement relâché».

Ils estiment qu’«interdire catégoriquement, sans argument biologique la pêche sur certains secteurs relève de la dictature : les fédérations savent où et quand la pêche doit être interdite à des fins de préservations de l’espèce.».

Un voeu pour interdire la pratique à Montpellier 

Ce qui a fait réagir l’association de pêcheurs, c'est une interview accordée à nos confrères de France Bleu Hérault, de l’adjoint au maire de Montpellier Eddine Ariztegui, en charge du bien-être animal. Dans cette interview, il affirmait avoir le projet d’interdire la pêche aux vifs à Montpellier : «On travaille actuellement avec l’association Paris animaux Zoopolis, sur un vœu que l’on présentera en mars pour demander une législation nationale pour interdire la pêche aux vifs et les pires pratiques de pêche. On travaille justement avec une association de pêche qui est constructive pour interdire cette pratique à Montpellier.»

Avant d’ajouter : «Nous nous considérons que les poissons méritent de vivre sans souffrir et que l’activité de pêche même dite de No-Kill génère de grandes souffrances, donc nous ne sommes pas favorables à la pêche en générale.».

Pour l’instant, aucune décision n’a encore été prise du côté de la mairie de Montpellier pour interdire l’activité de pêche dans la ville.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie pêche loisir sorties et loisirs politique mer nature animaux chasse environnement écologie