Montpellier : avec les fraudeurs en ligne de mire, extension du stationnement gratuit pour les conducteurs handicapés

Publié le
Écrit par Ophélie Le Piver

Une nouvelle procédure est en place à Montpellier. Elle permet aux personnes à mobilité réduite de stationner gratuitement de partout à condition de s'être déclaré au préalable en ligne. Une aide de la mairie face à l’augmentation de la fraude aux macarons qui ne cesse d’augmenter.

 

Il faut savoir que chaque ville doit réserver au moins 2 % des places de stationnement matérialisées, situées sur les voies, publiques ou privées, ouvertes à la circulation publique,  aux titulaires de la carte de stationnement Handicapé.

Le macaron bleu posé sur le tableau de bord ou le pare-brise est normalement l'attestation indiquant que le conducteur du véhicule est une personne en situation de handicap. Mais il est de plus en plus falsifié. Et utilisé pour occuoer ainsi illégalement une place de stationnement normalement réservé aux handicapés.

Résultat : de nombreuses personnes à mobilité réduite sont contraintes de stationner sur les autres places de parking. Mais contrairement aux places Handicapé, les places standards ne sont pas gratuites. Et c’est souvent un problème de trouver ou d’atteindre l’horodateur. De nombreux automobilistes se sont plaints ces derniers temps de se faire verbaliser faute de place Handicapé libre. La Ville de Montpellier propose donc depuis lundi 15 mars une solution. 

Gratuité étendue pour les conducteurs handicapés inscrits

Désormais, pour pouvoir stationner gratuitement sur une place standard (c'est-à-dire non réservée pour handicapé) dans les rues de Montpellier, le conducteur doit s’être préalablement inscrit en ligne sur le site www.tam-voyages.com.

Une démarche administrative supplémentaire nécessitant de fournir son attestation MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées), sa pièce d’identité et la carte grise du véhicule concerné. Une contrainte pour les personnes à mobilité réduite mais qui vise à les protéger.

Une bonne idée pour Karina Akdif de l’association APF France Handicap, même si cette solution ne résout pas le problème de la fraude et de l’occupation illégale des places handicapées :

"Depuis deux ans, nous avons de nouvelles cartes et elles sont difficilement falsifiables. Mais les autres, celles qui sont souvent copiées, sont toujours en circulation et ce jusqu’en 2025”, explique-t-elle. “On aurait préféré qu’ils les interdisent plutôt que de nous ajouter des démarches administratives supplémentaires.” 

Cette nouvelle mesure permet aux personnes à mobilité réduite de stationner pendant 24 heures gratuitement.