Montpellier et Perpignan : Eric Dupond-Moretti en visite deux jours en Occitanie

Publié le Mis à jour le

Le garde des Sceaux s'est rendu à la prison de Villeneuve-lès-Maguelone ce vendredi après-midi. Cette visite clôture ces deux jours de déplacement dans la région.

Le déplacement d'Eric Dupond-Moretti a débuté jeudi à la permanence du député LREM Romain Grau. L'élu de Perpignan a été agressé samedi dernier par des anti-pass et des anti-vaccins.

Eric Dupond-Moretti a affiché son soutien et rappelé la fermeté du gouvernement face à ces actes : "En une année, on est passé, pour les menaces et les injures, d'un taux d'incarcération de 52% à 62%. On a pris la mesure de ces agressions indignes et en matière de violence, on est maintenant près des 80% d'incarcération."

Un accueil mitigé au tribunal

Le séjour dans les Pyrénées-Orientales d'Eric Dupond-Moretti s'est poursuivi au tribunal de Perpignan. Il y a été accueilli par les magistrats mobilisés pour réclamer des moyens supplémentaires pour l'exercice de leur profession. Le garde des Sceaux a rappelé que 100 millions d'euros ont été investis pour le nouveau palais de Justice de Perpignan. Celui-ci devrait voir le jour en 2028. 

Eric Dupond-Moretti a aussi annoncé la création d'une webradio. Objectif : pouvoir suivre le procès de Millas pour les intéressés, sans se déplacer à Marseille où aura lieu le procès au printemps.

Visite de la prison de Villeneuve-lès-Maguelone

La visite s'est poursuivie ce vendredi à la prison de Villeneuve-lès-Maguelone près de Montpellier. Le centre pénitentiaire est dans un climat tendu à cause de la pandémie. De nombreux cas de Covid-19 y ont été recensés ces dernières semaines.

Le ministre de la Justice semble avoir tenu compte de la surpopulation carcérale dans ses annonces. Il indique qu'à Perpignan "Un établissement pénitencier de 215 places sortira de terre en 2026."

Si on veut construire des prisons aujourd'hui, ça doit se faire à taille humaine pour garantir l'encellulement individuel.

Samuel Gauthier, secrétaire général CGT Perpignan

"Je n'ignore rien des tensions que les mesures sanitaires et la surpopulation peuvent générer chez les détenus et je m'efforce de les limiter pour que vous puissiez exercer votre métier dans de bonnes conditions" explique le garde des Sceaux.

Une revalorisation des salaires et des agents

Eric Dupond-Moretti a annoncé une revalorisation salariale. Un surveillant pénitentiaire en début de carrière aura vu entre 2017 et 2022, sa rémunération augmenter de 200 euros net par mois pour passer de 1.770 à 1.980 euros nets mensuels.

La prime du dimanche et des jours fériés sera augmentée de 26 à 28€. Les indemnités pour le travail de nuit seront aussi revalorisées courant 2022. Pour Samuel Gauthier, secrétaire général CGT de Perpignan, l'accueil des annonces est mitigé : "C'est une première étape mais qui n'est pas suffisante. Quand on dit qu'on est la troisième force de sécurité publique on doit aller au-delà."

De plus, 1.500 surveillants qualifiés actuellement dans la catégorie C, seront gradés dans la catégorie B. Cette revendication syndicale dure depuis plusieurs années et concerne l'ensemble des agents pénitenciers.

Les discussions se poursuivront lors des Etats Généraux de la Justice. Les syndicats ont été sollicités pour y exposer leurs revendications.