Montpellier : la vitesse abaissée et limitée à 30 km/h dès le 1er août

Lors du Conseil municipal de ce lundi 26 juillet, Michaël Delafosse a annoncé que la vitesse serait abaissée à 30 km/h à Montpellier, avec certains axes principaux maintenus à 50 km/h. Le maire prendra un arrêté pour que cette mesure s’applique dès le 1er août 2021.
La mesure fait partie d'un plan de 150 millions d'euros qui a pour objectif de réduire la place de la voiture et d'accélérer celle du vélo et des transports en commun.
La mesure fait partie d'un plan de 150 millions d'euros qui a pour objectif de réduire la place de la voiture et d'accélérer celle du vélo et des transports en commun. © Fred Haslin / Maxppp

C'était l'une des grandes promesses de campagne du maire PS de Montpellier, Michaël Delafosse : une limitation de la vitesse à 30km/h dans sa ville. Cette mesure "écologique" et de sécurité routière entrera en vigueur dans 6 jours.

30 km/h à Montpellier dès le 1er août

L’idée est de protéger les zones d’habitation et les abords des écoles, ainsi que de réduire l’usage de la voiture. Selon Julie Frêche, vice-présidente en charge des mobilités à Montpellier, « cet abaissement a une conséquence directe sur le temps de parcours calculé sur les GPS. Passer de 50 à 30, c’est 20% de temps en plus de trajet, donc cela peut inciter à préférer un autre moyen de se déplacer. [...] C’est aussi moins de rentabilité à passer par les petites rues, qui seront à 30, que les grands axes qui resteront à 50 km/h. ».

Quelques axes resteront à 50 km/h

Pour accompagner ce passage aux 30 km/h, des aménagements seront progressivement mis en place. Certains grands axes resteront limités à 50 km/h, comme l’avenue de la liberté, l’avenue Pierre Mendès-France ou encore la RD.65.

La mesure avait été annoncée lors du conseil de Métropole du 1er février dernier. Michaël Delafosse y avait détaillé son nouveau plan de mobilité de la collectivité pour les dix prochaines années. Un plan de 150 millions d'euros qui a pour objectif de diminuer la place de la voiture dans la ville pour accélérer celle du vélo et des transports en commun, notamment du tramway (mise en service de la ligne 5 et allongement de la ligne 1) et des voies dédiées pour les bus.

Moins de voies pour les voitures, plus de pistes cyclables

Depuis ce conseil métropolitain, plusieurs aménagements des voies de circulation ont été effectuées. Des voies réservées aux vélos et/ou aux bus ont été mises en places, réduisant par endroit le nombre de voies accessibles pour les voitures et causant des embouteillages plus important qu’avant.

D'autres villes projettent également de généraliser le 30 km/h, comme Toulouse ou encore Rodez. Près de 200 villes en France appliquent déjà cette mesure, comme Grenoble, Lille ou Nantes.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière sécurité circulation économie transports société accident routes politique pollution environnement mobilité