Montpellier : le gravage et le fichage des vélos, seules solutions contre les nombreux vols de cycles

Entre 1 500 et 2 000 vélos seraient dérobés chaque année à Montpellier. Les usagers de 2 roues essayent de se prémunir de ces vols en multipliant les moyens de protection. Le dernier en date est le gravage, il sera obligatoire au 1er juillet 2021 pour toutes ventes d'un vélo.

Les vols de vélos sont en augmentation dans la métropole de Montpellier.
Les vols de vélos sont en augmentation dans la métropole de Montpellier. © N.Chatail FTV

Le week-end dernier, un trafic de revente de vélos volés a été découvert à Juvignac, dans la métropole de Montpellier. C’est un contrôle, le 26 janvier, qui a permis aux gendarmes d'identifier ce réseau. Ce jour-là, les militaires de la brigade de Saint-Georges-d’Orques sont intrigués par trois individus, soupçonnés d’être « en pleine transaction ». Tandis que deux d’entre eux quittent rapidement les lieux à la vue de la patrouille, le troisième « reconnaît avoir acheté à plusieurs reprises des vélos aux deux premiers », relatent les gendarmes de l’Hérault.

Plus de 60 vélos volés... retrouvés

Des investigations, menées par le groupe d’enquête et de lutte anti-cambriolages de Castelnau-le-Lez, permettent d’identifier ces vélos comme étant le fruit de vols, commis à Juvignac.
Les gendarmes découvrent finalement pas moins de 60 vélos de tout type signalés volés entreposés au même endroit. Une véritable main basse, puisque selon l’enquête, des dizaines d’autres cycles ont été revendus, notamment par le biais du bouche à oreille, ces derniers mois.

Il y aurait pas moins de 1 500 à 2 000 vélos volés chaque année à Montpellier.

Des astuces pour éviter de se faire voler son vélo 

Pour éviter de perdre son vélo, les cyclistes font désormais appel au gravage de vélo. C'est un petit geste bien utile pour s'épargner de gros ennuis. A Montpellier, le vol de vélo est un peu une spécialité locale. Il existe même des bandes organisées...

"Je prends beaucoup de précautions car on s'est déjà fait piquer un vélo, cela arrive assez régulièrement" témoigne une cycliste. "Je m'en suis déjà fait voler deux, donc je peux confirmer que cela arrive très souvent. Après, il faut faire une déclaration à la police et racheter un vélo" renchérit une autre adepte du vélo en ville.

Ce véritable fléau empoisonne la vie des usagers des deux-roues. Et cela coûte cher mais ils sont de plus en plus nombreux à circuler et à stationner dans les rues de la métropole.

Un jour, je me suis fait volé les deux-roues et la selle juste en allant faire une prise de sang en 10 mn. 

Une cycliste de Montpellier

A Montpellier, 70% des vols sont commis pour une utilisation ponctuelle et le vélo la plupart du temps est abandonné après usage. Alors pour éviter la tentation, les techniques de dissuasion paraissent assez simples et évidentes.

"Il faut boulonner les selles à sa hauteur, boulonner les roues pour ne pas qu'elles soient détachables rapidement... Il y a plusieurs astuces qui permettent de limiter les vols. Mais vraiment, c 'est la personnalisation et un antivol de qualité qui restent le plus efficace" détaille un accro du vélo.  

Le repoussoir idéal pour le voleur prend souvent une forme originale.

"La meilleure solution, c'est d'avoir un vieux vélo. Celui-là, cela fait 2 ans que je l'ai, je ne le fais pas réparer, je le laisse comme ça et on ne me le vole pas" explique cette Montpelliéraine.

Un fichier national pour lutter contre le vol et le recel des vélos

Depuis le 1er janvier 2021, la loi impose le gravage ou l'identification des vélos neufs.

Si vous achetez un vélo pour le loisir ou pour vous rendre au travail, la loi LOM (loi orientation et mobilités) impose l’obligation d’identifier désormais les cycles.
Sont concernés par cette obligation : les ventes de vélos neufs depuis le 1er janvier 2021 et les ventes de cycles d'occasion à compter du 1er juillet 2021.

Les vélos mis en circulation avant 2021 ne sont pas concernés par cette obligation, mais elle reste conseillée.

Désormais, lorsque vous acheterez un vélo dans un magasin ou en ligne, il sera identifié par un numéro gravé sur le cadre, et également déclaré dans le FNUCI, le fichier unique des cycles identifiés. Ce fichier est établi pour lutter contre le vol, le recel et la revente illicite de cycles afin de restituer les engins à leurs propriétaires.
Dans ce fichier, seront inscrits nom et prénom ou raison sociale du propriétaire du cycle, ainsi que son téléphone et son adresse électronique. Le type d'engin, marque, modèle, couleur seront également renseignés.

Vélo volé, vélo vendu, que faire ?

Si par malchance votre vélo est volé, vous devez déclarer le vol auprès de la police ou de la gendarmerie, et auprès du prestataire qui enregistre vos données. En cas de revente, tout est prévu également, après quelques formalités de part et d’autre, le numéro d'identification du vélo passera au nom du nouveau propriétaire.
Si vous êtes sur le point d'acheter un vélo en ligne, sur le Bon Coin par exemple, demandez bien au vendeur le numéro d'identification du vélo, pour savoir s'il est bien propriété du vendeur ou s'il a été dérobé.

En France, selon la FUB plus de 400 000 vélos sont volés, par an. Et plus de 150 000 vélos sont retrouvés abandonnés. Mais faute d'identification, ils ne peuvent être restitués. En l’absence de marquage, seuls 2 à 3% des victimes de vol récupèrent leur vélo.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société mobilité économie transports vélo environnement faits divers