Montpellier : les restaurants confient leurs fourneaux à des cuisiniers réfugiés

Le Refugee Food Festival arrive à Montpellier : quatre adresses montpelliéraines et sétoises engagées partagent leurs fourneaux avec six cuisiniers réfugiés pour "faire découvrir des saveurs venues d'ailleurs, sensibiliser à la situation des réfugiés en France, et leur offrir un tremplin pro."
Les restaurateurs confient leurs fourneaux à des cuisiniers réfugiés.
Les restaurateurs confient leurs fourneaux à des cuisiniers réfugiés. © E.Garibaldi FTV

Le Refugee Food Festival débarque à Montpellier, pour la première fois, du 29 juin au 3 juillet : les restaurants confient leurs fourneaux à des cuisiniers réfugiés. Quatre adresses montpelliéraines et sétoises engagées partagent leurs fourneaux avec six cuisiniers réfugiés pour "faire découvrir des saveurs venues d'ailleurs, sensibiliser à la situation des réfugiés en France, et leur offrir un tremplin professionnel pour réussir leur intégration en France".

L'objectif est de " faire évoluer les mentalités, permettre l’insertion professionnelle des réfugiés dans un secteur en tension, et rassembler autour de la table, telles sont les missions du festival gourmand et solidaire qui fêtera sa 6ème édition consécutive en 2021 !" 

A Montpellier 

C'est le cas dans ce restaurant de Lavérune, près de Montpellier. Ce soir-là en cuisine, c'est un balai à quatre mains orchestré par Noor Kisko, un réfugiée irakienne de 34 ans, et épaulée par la cheffe de ce restaurant réputé.

Noor est née à Babylone, elle vit ensuite avec sa famille à Bagdad puis fuit son pays pour se réfugier d'abord au Liban. Et enfin en France, il y a 12 ans. Un épisode toujours douloureux sur lequel elle a encore du mal à s'exprimer. 

" Je ne peux pas parler, désolée...la situation est très compliquée ! " dit-elle timidement. 

C'est avec sa mère que Noor a appris la cuisine, dans une petite pièce de leur maison à Bagdad.  

" Quand j'étais petite, j'étais très curieuse pour savoir comment ma mère faisait et après je l' ai aidé... et ensuite j'ai fait la cuisine toute seule et j'ai réussi! " se rappelle-t-elle en riant.

 

Son rêve : ouvrir un restaurant 

 

Dans la cuisine du restaurant, la jeune cheffe Camille Tricot a confié ses fourneaux à Noor sans aucune appréhension. 

 Elle a un super bon niveau en cuisine , cela se voit qu'elle a l'habitude de faire ses recettes. Elle sait précisément les textures, la quantité des produits. Elle a des habitudes de cuisiniers professionnels ! 

Camille Tricot, cheffe de restaurant

 

" Elle parle très bien le français et elle parle très bien le langage de la cuisine, donc en fait , on se comprend très bien ! "  précise la jeune cheffe. 

Aujourd'hui, Noor habite à Montpellier avec ses deux enfants et son mari. Son rève est d'ouvrir ici un restaurant franco-irakien.  

 "Il faut bien réfléchir comment ouvrir un restaurant, c'est pas facile ! "  confie Noor. 

En septembre, Noor commencera une formation qui devrait lui permettre d'ouvrir un jour sa propre table.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cuisine culture gastronomie solidarité société réfugiés