• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Montpellier : le mouvement citoyen « nous voulons des coquelicots » milite pour l’interdiction des pesticides

Le coquelicot est le symbole du mouvement citoyen. Le collectif "nous voulons des coquelicots" a un objectif : l'interdiction des pesticides sur le territoire. / Ici lors d'un rassemblement citoyen, place de la Comédie, le 1er mars 2019. / © J. Morch / France 3 LR
Le coquelicot est le symbole du mouvement citoyen. Le collectif "nous voulons des coquelicots" a un objectif : l'interdiction des pesticides sur le territoire. / Ici lors d'un rassemblement citoyen, place de la Comédie, le 1er mars 2019. / © J. Morch / France 3 LR

Dans l’Hérault, à Montpellier, le collectif « Nous voulons des coquelicots » est mobilisé et réclame l’interdiction des pesticides sur le territoire. Chaque premier vendredi du mois, les membres du collectif se réunissent et tentent d’interpeller les passants.

Par Olivia Boisson


Avant de rejoindre les membres du collectif  "Nous voulons des coquelicots", nous sommes allés à la rencontre de l’un des signataires de l’appel lancé l’été dernier par le journaliste Fabrice Nicolino et François Veillerette, le porte-parole de Générations Futures.

Gérard Duvallet est entomologiste et Professeur Emérite à l’Université Paul-Valéry de Montpellier. Il étudie donc les insectes depuis des décennies en parcourant le monde à la recherche de nouvelles espèces. Il nous montre une collection de taons, épinglés dans un cadre.

Une perte évidente de la biodiversité

Le spécialiste nous rapporte les chiffres d’une étude : 72% des espèces animales sont des insectes. Impressionnant. Sauf qu’entre 70 et 80% de la biomasse des insectes aurait déjà disparu. Cette perte de la biodiversité, le spécialiste l’explique à cause de plusieurs facteurs : l’arrivée d’espèces invasives (ramenées lors de transports liés au commerce), les changements de milieux (déforestation ou lors de densification des forêts)… et les pesticides.

L’objectif de Gérard Duvallet est clair : il étudie ces espèces afin de réduire les nuisances qu’elles provoquent, tout en se passant de l’utilisation de pesticides, coupable de détruire la biodiversité, selon l’entomologiste.

Ca va forcément avoir un impact énorme, que certains ont déjà mesuré sur les populations d’oiseaux, mais que l’on mesure aussi sur la pollinisation, sur tous les services écosystémiques qui nous sont rendus par les insectes et qui sont en train de diminuer.

Les pollinisateurs en danger

Certains pays mesurent déjà l’impact de cette perte de biodiversité, par exemple en ce qui concerne la pollinisation.

Les chinois, dans certaines zones, sont obligés de polliniser les arbres fruitiers à la main. Des gens ont même inventé des petits drones qui vont remplacer les abeilles pour aller polliniser les fleurs de nos arbres. C’est quand même incroyable !

Un mouvement citoyen réclame l'interdiciton des pesticides

Gérard Duvallet est l'un des signataires de la tribune « nous voulons des coquelicots ». Ce mouvement citoyen réclame l'interdiction des pesticides sur le territoire. Chaque premier vendredi du mois, Monique Marc et les membres du collectif tentent de faire signer cette pétition.

Je suis sensible à cette planète sur laquelle nous vivons, nous n’en avons qu’une. Nous assistons à un écocide terrible. Je ne veux pas rester témoin de ce qui arrive aujourd’hui.

A Montpellier, le collectif recherche plus de 60 volontaires pour effectuer un prélèvement d'urine et ainsi détecter d'éventuelles traces de glyphosate. L’évènement aurait lieu le 15 mars. Objectif : porter l'affaire devant la justice.

Vous pouvez joindre l’association à cette adresse : coquelicots@nousvoulonsdescoquelicots.org ou sur les réseaux sociaux.


Reportage d'Olivia Boisson, Juliette Morch et Béatrice Barthe.

Sur le même sujet

Collioure : une dizaine de personnes blessées par une fusée de feu d'artifice

Les + Lus