Montpellier : la procédure de sauvegarde d'Orchestra-Prémaman va se transformer en redressement judiciaire

Une 2e réunion du CSE d'Orchestra-Prémaman s'est tenue ce lundi par conférence téléphonique, confinement oblige. L'instance a rendu un avis favorable à la conversion de la procédure de sauvegarde en procédure de redressement judiciaire. Cette nouvelle mesure devrait être rapidement engagée.
Un magasin Orchestra - illustration
Un magasin Orchestra - illustration © F3 LR

Le groupe textile Orchestra-Prémaman, basé à Saint-Aunès, en procédure de sauvegarde depuis septembre 2019 va donc pouvoir passer en procédure de redressement judiciaire. Ce qui dès le changement validé par le tribunal de commerce de Montpellier permettra de geler ses dettes antérieures.

Le CSE du groupe héraultais, convoqué ce lundi, a émis un avis favorable en ce sens.

Les représentants du personnel ont été informés, le 31 mars dernier, lors d'un premier CSE, de la volonté conjointe de la direction d’Orchestra-Prémaman et des administrateurs judiciaires, de solliciter cette conversion à court terme, afin de protéger son activité.
Orchestra-Prémaman est gérée depuis le 24 septembre 2019 par des administrateurs judiciaires désignés par jugement du Tribunal de Commerce Spécialisé de Montpellier.
 

Assurer la poursuite de l'activité


Selon le groupe, l’évolution procédurale d’Orchestra-Prémaman est principalement liée aux conséquences financières de la crise sanitaire mondiale sans précédent liée au virus Covid-19, qui impacte significativement son activité. Orchestra-Prémaman a été ainsi contrainte de procéder à la fermeture totale de son réseau mondial depuis plus de 2 semaines, sans certitude sur la date de réouverture.

L'opération vise à assurer la pérennité de l’activité, le maintien de l’emploi et surtout l’apurement du passif. Dans ce cadre, une proposition d’apurement des dettes a été transmise aux principaux créanciers de la société.
 

Rechercher des investisseurs ou des repreneurs


Cette procédure de redressement judiciaire va permettre au groupe, en parallèle des négociations en cours avec ses créanciers, de lancer un processus de recherche d’investisseurs.
Des financiers ou des industriels qui pourraient prendre part partiellement au capital ou racheter l'entreprise. Faute de quoi, après une période de continuité de l'activité de 6 à 16 mois, le tribunal de commerce de Montpellier pourrait demander la liquidation judiciaire.
 

2 sites logistiques condamnés à la fermeture


Inquiétude pour les 115 salariés des 2 sites logistiques Orchestra-Prémaman de la métropole de Montpellier. Le groupe textile a annoncé mi-février leurs fermetures et le transfert de l'activité dans le Pas-de-Calais, à Arras. Il s'agit des centres logistiques de Saint-Aunès et de Saint-Jean-de-Védas.

25 postes seront aussi supprimés au siège de Saint-Aunès.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
entreprises économie justice société emploi social