• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Montpellier: la section de recherche de la gendarmerie fête ses 40 ans

La section de recherche de la gendarmerie de Montpellier intervient sur l'Hérault, l'Aude et les Pyrénées-Orientales. Elle fête ses 40 ans. / © Gendarmerie de l'Hérault
La section de recherche de la gendarmerie de Montpellier intervient sur l'Hérault, l'Aude et les Pyrénées-Orientales. Elle fête ses 40 ans. / © Gendarmerie de l'Hérault

La section de recherche de la gendarmerie de Montpellier intervient sur l'Hérault, l'Aude et les Pyrénées-Orientales. Elle fête ses 40 ans et a résolu de grandes affaires. Aujourd’hui, ce sont 48 femmes et hommes qui servent cette unité d’élite. 

Par Olivier Le Creurer

Sous l'autorité du lieutenant-colonel Bertrand Pallot commandant de la SR, le général Jean-Philippe Lecouffe, sous directeur de la police judiciaire de la gendarmerie nationale et  le colonel Jean-Valéry Lettermann, commandant adjoint la région de gendarmerie d’Occitanie, commandant le groupement de gendarmerie départementale de l'Hérault, ils étaient plus de 200 à répondre présents dernièrement à Montpellier, les pionniers de l’unité comme les actuels, accompagnés de leurs familles.

Grandes affaires


La section de recherche de Montpellier a été créée le 1er février 1977, lorsqu’est apparu la nécessité de spécialiser des enquêteurs dans le domaine judiciaire. Dirigée par le major Robert Gatounes, elle compte alors 10 enquêteurs, dont le style tranche avec les habitudes de l’époque, puisqu’il apparaît la nécessité de travailler en civil.

La SR a résolu de grandes affaires, comme celle de Léon Deshayes, employé « modèle » le jour, et bourreau la nuit, celle de Samuel Canlay, le tueur de prostituées, le démantèlement du réseau international de stupéfiant de type « Fly-Fast » à Béziers (2008) ou encore celle de Jean-Michel Bissonnet, l’homme d’affaires de Castelnau-le-Lez qui a fait assassiner son épouse Bernadette (2008).

48 femmes et hommes


Aujourd’hui, 40 ans plus tard, se sont 48 femmes et hommes qui servent cette unité d’élite dans le domaine judiciaire, spécialisée dans les crimes de sang, les crimes de sexe, la délinquance économique et financière, le numérique, le banditisme et les stupéfiants.

Sur le même sujet

Collioure : une dizaine de personnes blessées par une fusée de feu d'artifice

Les + Lus