Montpellier : le squat des Beaux-Arts sera évacué en mars 2021

Ce lundi matin, en concertation avec l'Etat et les associations, le conseil municipal de Montpellier a adopté l'évacuation du squat des Beaux Arts pour la fin du mois de mars 2021. D'ici-là, des solutions de relogement seront proposées aux occupants.

Squatté depuis 2016, l'ancien bâtiment des archives départementales devrait être libéré le 31 mars 2021.
Squatté depuis 2016, l'ancien bâtiment des archives départementales devrait être libéré le 31 mars 2021. © FTV / Juliette Mörch

Squatté depuis 2016, l'ancien bâtiment des archives départementales devrait être libéré à la fin du mois de mars 2021. 80 personnes, dont une vingtaine d'enfants, y sont encore hébergés dans des conditions précaires. Depuis plusieurs semaines, la ville de Montpellier, l'Etat et les associations sont autour de la table des négociations.

Des solutions de relogement au cas par cas

Un accord a été trouvé : la ville de Montpellier et l'État vont proposer des solutions de relogement et d'accompagnement social aux occupants du squat. Cette solution a été adoptée par le conseil municipal de Montpellier ce lundi matin

Un diagnostic social est déjà entamé depuis plusieurs semaines, selon le parcours de vie de chaque occupant. Des hommes, des femmes seules, des familles, des étrangers en situation régulière ou irrégulière, ou encore des demandeurs d'asile. 

Même si ça reste encore flou, les personnes savent qu'une fois sorties d'ici, il y a un ailleurs qui les attend. Et ça, c'est beaucoup plus doux que l'expulsion que l'on risque chaque année. Là, nous avons plus de perspectives.

Gwen, membre de l'association Luttopia.

"L'objectif, c'est la réinsertion, car les occupants de ce squat sont en situation de grande exclusion", explique Michaël Delafosse, maire de Montpellier.

Une restitution concertée pour éviter l'expulsion

En contrepartie, les associations, notamment l'association Luttopia, n'accueilleront plus de nouveaux arrivants dans les semaines à venir.

Les locaux devront être restitués au 31 mars 2021, date de la fin de la trêve hivernale. 

C'est la méthode que Michaël Delafosse, maire de Montpellier, veut mettre en oeuvre à l'avenir. Discuter pour éviter une expulsion sous escorte policière, comme ce fut le cas pour d'autres squats ces derniers mois. Le squat de la rue des Beaux-Arts était sous un commandement de quitter les lieux depuis 2018.

"La situation n'était satisfaisante pour personne. Ni pour les riverains, ni pour les habitants du squat. Le squat, ça n'est pas la norme.

Michaël Delafosse, maire de Montpellier.

Pour Luttopia, l'aventure n'est pas finie. La mairie s'est engagée à mettre à disposition de l'association un nouveau lieu de vie pour poursuivre ses actions d'accompagnement social. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social logement société logement insalubre politique sdf vie associative