Mort d'un pompier en intervention : “il faut que la vérité éclate”, l'affaire de l'incendie de Gabian devant le tribunal administratif

Le 24 mai 2024, le Tribunal Administratif de Montpellier a examiné trois recours contentieux déposés par les sapeurs-pompiers victimes et la famille du défunt de l'incendie de Gabian, contre le SDIS de l'Hérault.

C’est la première étape judiciaire. Bientôt, cela fera huit ans que les sapeurs-pompiers et la famille de Jérémy Beïer, victimes de l'incendie de Gabian attendent que la responsabilité de la direction du SDIS (Service départemental d'incendie et de secours) au moment des faits soit reconnue. La mère du jeune sapeur-pompier décédé espère également que son fils sera disculpé de toute responsabilité dans l'accident.

Il faut que la vérité éclate. Que s'est-il réellement passé ? Nous devons réhabiliter la mémoire de Jérémy. Cela fait partie intégrante du processus de deuil pour toute notre famille.

Brigitte Beïer

Mère du sapeur-pompier mort à Gabian

Pendant près d’une heure, le Tribunal Administratif de Montpellier s’est penché sur ce jour funeste du 10 août 2016, lorsqu’un un violent incendie se déclare vers 14h30 à Roquessels et Gabian, dans l'Hérault, entre Pézenas et Bédarieux. 170 hectares sont ravagés par le feu. Au cours de l'intervention, quatre sapeurs-pompiers, Jérémy Beïer, David Fontaine, Didier Bourdelier et Lucas Canuel sont cernés par les flammes et sévèrement brûlés. Jérémy Beïer, 24 ans, est brûlé à plus de 90%. Il succombera à ses brûlures le 21 septembre 2016, après six semaines d'hospitalisation en réanimation. Seul, David Fontaine qui se dit miraculé n’aura pas de lourdes séquelles physiques. 

Temps de justice trop long

Le 9 septembre 2016, les familles des trois pompiers grièvement blessés portent plainte contre X "pour blessures involontaires avec circonstances aggravantes". Une information judiciaire est ouverte par le procureur de la République de Béziers, Yvon Calvet, le 19 septembre 2016.

Depuis lors, plusieurs enquêtes ont été menées pour déterminer les circonstances, les responsabilités et l'enchaînement des événements, ainsi que l’organisation et les conditions matérielles ayant conduit à l’accident. Cette audience au Tribunal administratif de Montpellier représente une étape importante pour les plaignants. “C’est la première fois en huit ans que la justice se penche enfin sur le dossier”, nous confirme Lucas Canuel.

Pour se reconstruire, avoir une décision de justice est une étape nécessaire.

Lucas Canuel

Sapeur pompier victime

Lucas Canuel, lourdement handicapé après avoir perdu ses dix doigts dans l’incendie de Gabian, attend avec espoir que la justice retienne la responsabilité du SDIS afin que cela serve d’exemple et fasse jurisprudence.

Conclusions du rapporteur public favorables

La juridiction a examiné la responsabilité du SDIS de l’Hérault, un moment très attendu par les parties civiles. Le rapporteur public, un magistrat du tribunal administratif intervenant lors de l'audience pour éclairer la formation de jugement, a conclu en faveur de la responsabilité du SDIS dans le drame survenu en août 2016 et a recommandé la réparation des préjudices subis.

Il est important de souligner que les conclusions du rapporteur public sont prononcées en son nom personnel et ne lient pas la formation de jugement. Elles ne sont donc pas des décisions finales. Ces conclusions fournissent simplement une indication ou une recommandation au juge pour l'aider dans sa prise de décision.

Les plaignants espèrent que le juge tiendra compte de ces conclusions lors de sa prise de décision finale. Les trois affaires examinées par le Tribunal administratif de Montpellier sont mises en délibéré et les jugements seront notifiés aux parties dans environ trois semaines.

Quant à la procédure pénale, elle est toujours en cours d'instruction et le procès devrait avoir lieu d'ici 2025.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité