Montpellier : "Filme l'avenir" propose à des jeunes du quartier de La Mosson de réaliser leur premier court-métrage

A Montpellier, des jeunes issus du quartier de La Mosson réalisent leur premier court-métrage, accompagnés d'étoiles montantes de la réalisation. Un projet porté par les "Amis du Jamel Comedie Club", afin de rendre accessible au plus grand nombre le milieu prisé du cinéma.

Montpellier - C'est avec un iphone que les scènes sont tournées pendant le stage - 05.08.20
Montpellier - C'est avec un iphone que les scènes sont tournées pendant le stage - 05.08.20 © FTV - E. Garibaldi
C’est à travers un sujet très sérieux – le harcèlement à l’école – que les apprentis acteurs âgés de 8 à 10 ans ont souhaité s'exprimer lors de ce stage. 

Un regard sur la société post-covid

Créé par Jamel Debbouze, le projet "Filme l'avenir" s'intéresse au regard que portent les jeunes des quartiers sensibles sur la société post-confinement. A travers la France, des dizaines de jeunes issus de quartiers populaires ont été sélectionnés pour participer à cet événement. 
 
Montpellier - Pendant deux jours les jeunes réalisent un court-métrage de 90 secondes - 05.08.20
Montpellier - Pendant deux jours les jeunes réalisent un court-métrage de 90 secondes - 05.08.20 © FTV - E. Garibaldi

Cette semaine, pendant deux jours, c'est à Montpellier que "Filme l'avenir" a posé ses valises. Accompagnés d'étoiles montantes du cinéma, révélées grâce au tremplin "talents en cours" du Jamel comedy club, les jeunes du quartier de La Mosson ont pu réaliser leur premier court-métrage d'une durée de 90 secondes.

"C’est une opportunité pour moi de pouvoir rencontrer des professionnels, voir comment ils travaillent et me créer mon réseau", confie l'un des jeunes.

Cerveaux en ébullition pendant deux jours, les jeunes ont pu se confronter à la réalité de ce métier.

Comme la plupart de ces jeunes, je suis autodidacte, j’aurais aimé avoir accès à ce genre de dispositifs. C'est important de leur montrer que s’ils veulent ils peuvent. C’est une manière aussi de démocratiser l’accès au cinéma qui paraît très fermé.

Steve Achiepo, réalisateur et formateur.

Révéler des talents

De l'écriture du scénario au montage, ils accompagnent les jeunes dans toutes les étapes de création du court-métrage avec aussi pour objectif de révéler des talents et pourquoi pas susciter des vocations.
 
Pour ces deux jours d’initiation, un dispositif léger et moderne a été déployé pour les tournages, afin de permettre aux jeunes de créer facilement. "Faire des films, ça peut aussi être simple, on n’a pas besoin de beaucoup de moyens. C’est aussi leur donner les moyens de s’exprimer différemment, c’est important pour ces jeunes qui n’ont pas accès souvent aux écoles de cinéma et qui n’osent même pas rêver de cinéma", explique Chabname Zaziab, réalisatrice et formatrice.
Après Montpellier, la tournée se poursuit dans une dizaine de villes en France. Un concours national ouvert à tous sera prochainement annoncé par Jamel Debbouze.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture jeunesse société famille vie associative