Municipales à Montpellier : le tribunal invalide le retrait de l'investiture EELV à Clothilde Ollier

La candidate des Verts pour les municipales à Montpellier avait été écartée par le bureau exécutif du parti en janvier dernier. Le tribunal de Bobigny a invalidé, ce mercredi, cette décision. La candidate appelle à la fusion des listes. EELV continue de soutenir sa candidate, Coralie Mantion.
Le tribunal de Bobigny a prononcé la nullité de la suspension de l'investiture à l'ex candidate EELV de Montpellier
Le tribunal de Bobigny a prononcé la nullité de la suspension de l'investiture à l'ex candidate EELV de Montpellier © Jean Michel Mart / MaxPPP
Le retrait brutal de l'investiture de Clothilde Ollier comme tête de liste EELV à l'élection municipale de Montpellier a été invalidé par la justice, ce mercredi 26 février. 

La candidate avait été élue au mois d'octobre lors d'une primaire ouverte remportée face à Jean-Louis Roumégas. Elle s'était vue ensuite écartée de la liste des Verts, le 18 janvier dernier, après une décision du bureau exécutif du parti. 
 


Rassemblement écologiste, un voeu pieux ? 


Le tribunal de Bobigny a prononcé la nullité de cette décision, qui prévoyait la suspension de la candidature de l'ex maire de Murles, et l'interdiction pour elle d'utiliser le logo EELV. Le tribunal a indiqué que le bureau exécutif n'était pas compétent pour décider de la suspension de son investiture.

Forte de ce jugement qui, selon elle, lui donne raison, Clothilde Ollier, à présent tête de liste du "Rassemblement des écologistes et de la gauche", a appelé au rassemblement des listes écologistes.
 

Le tribunal a clairement exprimé que j’étais la candidate qui avait gagné les primaires EELV et que j’étais la candidate EELV à Montpellier. J’appelle au rassemblement de toutes les listes écologistes, on a une véritable responsabilité au vue des enjeux écologiques énormes, surtout ici à Montpellier. J’appelle tous les candidats qui portent l’écologie à se rassembler pour qu’on monte une liste d’union, il nous reste quelques heures pour la déposer en préfecture. 
- Clothilde Ollier


Un scénario qui a très peu de chance de se réaliser en pratique.  
 

Jugement du 26 février


En effet, le jugement ne concerne pas l'assemblée générale du 4 février dernier, lors de laquelle Coralie Mantion a été désignée par les militants EELV comme leur nouvelle candidate. Clothilde Ollier ne devrait donc pas pouvoir de nouveau bénéficier du soutien du parti, ni aposer le logo EELV sur ses affiches de campagne.

Le jugement prévoit : 

Dès lors que Mme Ollier ne bénéficie plus du soutien de EELV, elle ne peut utiliser le logo, la charte graphique et toute référence à ce parti. Il convient dans le droit fil des décisions arrêtées par Europe Ecologie les Verts d’interdire à Mme Ollier d’utiliser logo, document, charte graphique comme tout support entraînant une confusion entre la liste qu’elle défendrait et la liste soutenue par Europe Ecologie Les Verts.


Coralie Mantion devrait rester la candidate officielle du parti, qui n'a pas l'intention de modifier sa liste. Les deux parties ont deux visions très différentes du jugement prononcé. "Cela ne change rien pour nous, nous continuerons à soutenir notre candidate", a réagi la secrétaire nationale adjointe d'EELV, Sandra Regol.
 

Le juge dit que Clothilde Ollier n'a plus le droit d’entretenir aucune confusion. Il faut qu’elle repense toute sa campagne. Elle n’a pas le droit de dire qu’elle est soutenu par EELV, ni d’utiliser des couleurs qui pourraient induire des doutes (...) On n’hésitera pas à faire des recours si elle utilise le logo ou fait quoi que ce soit qui sèmerait le doute sur un quelconque soutien d’EELV.
- Sandra Regol, secrétaire nationale adjointe d'EELV

 
Les différentes têtes de listes ont jusqu'à 18 heures, ce jeudi 27 février, pour déposer leur liste en préfecture. Il peuvent en déposer une nouvelle qui annulerait la première déjà déposée s'ils le souhaitent. 

 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections europe écologie les verts écologie environnement justice société