234 rescapés et aucun port où accoster : SOS Méditerranée appelle à l'aide

Nouveau coup de gueule de SOS Méditerranée. L'association de secours en mer cherche désespérément à accoster dans un port sûr, avec à son bord 234 rescapés. "Une urgence vitale", selon son administrateur basé à Frontignan dans l'Hérault.

Entre le 22 et le 29 octobre, plusieurs navires humanitaires, l'Océan Viking, le Humanity 1 et le Geo Barents, ont respectivement secouru 234,179 et 572 femmes, enfants et hommes à bord d'embarcations impropres à la navigation, trouvées en détresse en Méditerranée centrale. Les sauvetages effectués par ces navires ont été menés dans les zones de recherche et de sauvetage libyennes et maltaises.

Malgré de multiples demandes d’assignation d’un port sûr envoyées aux centres de coordination de sauvetage de Malte et d’Italie, l’Océan Viking reste confronté à une impasse. Nul port où débarquer et 234 rescapés à son bord . Des hommes, femmes et enfants en  danger. 

Les conditions à bord de l'océan Viking sont précaires et ces rescapés sont en danger. Il y a une véritable urgence !

Jean-Pierre Lacan, administrateur SOS Méditerranée France

"La situation à bord de l'Océan Viking se détériore gravement, précise Jean-Pierre Lacan, l'un des administrateur de SOS Méditerranée France basé à Frontignan dans l'Hérault. Les prévisions météorologiques annoncent un vent fort, de hautes vagues et une baisse de température d'ici la fin de la semaine. Et les provisions commencent à manquer. 234 vies sont en danger. De nombreux rescapés présentent des signes de torture, de violences sexuelles et d'abus dus à leur séjour en Libye. Ces temps prolongés en mer ont de graves répercussions sur le bien-être physique et psychique des personnes à bord qui ont échappé de peu à la mort en mer."

Faire pression sur l'Italie et Malte 

Une solution doit être trouvée sans délai.

Nicola Stalla, SOS Méditerranée

Conformément au droit de la mer, SOS MEDITERRRANEE demande aux autorités maritimes de la
France, de l’Espagne et de la Grèce, qui sont les plus à même d'apporter leur assistance, de faciliter la désignation d’un port sûr pour le débarquement des 234 rescapés bloqués à bord de l’Océan Viking. 

L'association demande l'aide d ela France, l'Espagne et la Grèce

En clair, l'association de secours en mer demande à la France ainsi qu'à l'Espagne et à la Grèce d'agir auprès des autorités concernées, de faire pression sur l'Italie et Malte pour les accueillir en lieu sûr.

"SOS MEDITERRANEE demande instamment aux autorités maritimes françaises, espagnoles
et grecques, ainsi qu'aux autres centres de coordination de sauvetage en mer les plus à même d'apporter leur assistance, de faciliter un débarquement immédiat dans un lieu sûr, déclare Nicola Stalla, coordinateur des opérations de recherche et de sauvetage de SOS MEDITERRANEE à bord de l'Océan Viking. Ce blocus en mer n'est pas seulement une honte mais aussi une violation flagrante du droit maritime international et du droit humanitaire. Les rescapés doivent toucher terre sans plus tarder. Nous sommes face à une urgence absolue et toute journée d'attente supplémentaire pourrait avoir des conséquences fatales."

Blocage total

Les rescapés  doivent débarquer dans le lieu sûr le plus proche d'où sont menées les opérations de recherche et de sauvetage, comme l'exige le droit maritime. Les ports français étant trop éloignés de la position du navire. 

L'Italie a déjà fait savoir son refus de recevoir le navire et les passagers  "sont confrontés à un blocage total en haute mer et à une interdiction implicite d'entrer dans les ports italiens", précise le communiqué. 

L'Océan Viking se trouve actuellement dans les eaux internationales du Canal de Sicile.