Procès en appel d’un féminicide dans l’Aude : “Elle aurait 35 ans et serait maman, aujourd’hui elle repose sous terre”

Une photographie de Marine Dupuy, fournie par sa famille. / © DR
Une photographie de Marine Dupuy, fournie par sa famille. / © DR

C'est le 3e jour du procès de Mickaël Valarcher jugé en appel à Montpellier pour avoir tué sa compagne de 18 coups de couteau en août 2014 près de Narbonne. Le verdict est attendu ce mercredi soir après les plaidoiries et le réquisitoire de l’avocat général.

Par Joane Mériot

"Marine aurait 35 ans et serait professeur d’Occitan, et probablement maman. Aujourd’hui elle repose sous terre". C’est ainsi qu’a débuté la plaidoirie Maitre Béatrice Saggio, l’avocate du père et des frères et sœurs de Marine, la victime.  

A l’ouverture de l’audience ce mercredi matin, la Cour d’Assises de l’Hérault a rapidement entendu l’enquêteur chargé des investigations concernant le meurtre de Marine Dupuy, 18 coups de couteau en août 2014 près de Narbonne.
Très vite, la parole est donnée à l’avocate de la partie civile.
 

"Sa loyauté lui a coûté la vie"


L’avocate a également partagé des photos de Marine, jeune et souriante elle ajoute : 

Marine était drôle, gentille, intelligente et loyale et à l’heure où l’on se sépare via Facebook, elle n’a pas voulu de séparation par téléphone ou sms, et c’est cette loyauté qui lui a coûté la vie.
 

Marine Dupuy était originaire de Sâone-et-Loire. Elle a été tuée par son compagnon, le18 août 2014, à l'âge de 28 ans. / © DR.
Marine Dupuy était originaire de Sâone-et-Loire. Elle a été tuée par son compagnon, le18 août 2014, à l'âge de 28 ans. / © DR.
Elle termine sa plaidoirie en disant que ce crime est un crime d’amour propre pour maintenir un lien imaginaire avec l’autre. Il est parvenu à figer le couple avant que Marine ne le quitte. En tuant Marine, il croit pouvoir la garder pour lui seul, pour toujours.

Michaël Valarcher, 37 ans, qui a été condamné à 24 ans de réclusion criminelle le 10 mai 2017 par la Cour d'Assises de l'Aude, qui aujourd'hui fait appel, s’exprime une nouvelle fois effondré :

"Je vous demande pardon" a-t-il bredouillé, avant de s'asseoir, la tête dans les mains.

30 ans de réclusion requis à l'encontre de l'accusé


Puis c'est au tour de l'avocat génaral de prendre la parole : "Il y a quelque chose qui me terrorise et quelque chose de glacial dans le regard de cet homme, il est capable d'une violence susceptible de le transformer en bête. Il s'est acharné sur la victime, et il a visé le coeur, il a voulu la faire souffrir durant de longues minutes."

Puis il ajoute que pour lui ce crime était prévu, dès le départ il était dans l'intention de tuer Marine. 

Il a requis 30 ans de réclusion criminelle, comme en première instance.

Le verdict est attendu ce mercredi 18 décembre dans l’après-midi.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus