Sécheresse dans l'Hérault : la majorité du département placée en alerte renforcée, quelles sont les restrictions en vigueur ?

9 des 19 bassins versants de l'Hérault, principalement au centre du département, viennent d'être classés en alerte sécheresse renforcée. C'est le niveau 3 des seuils de restrictions et d'interdictions de l'usage de l'eau qui en compte 4. Elles sont en vigueur dès ce vendredi.

Le comité de suivi de la ressource en eau s’est réuni à nouveau, à Montpellier, afin de faire un nouveau point sur la situation sécheresse de l'Hérault.

Au regard de l’aggravation du déficit hydrologique et hydrogéologique et des prévisions météorologiques défavorables à court terme, le préfet de l’Hérault a décidé de renforcer les restrictions sur les usages de l’eau dans le département.

Aggravation de la situation en 15 jours

Le manque de précipitation ne permet pas une recharge des nappes et maintient une sécheresse des sols équivalente à une situation normale de fin juin. Les débits des cours d’eau du département sont inférieurs à la moyenne de saison, voire très bas sur certains bassins versants tels que l’Orb et l’Hérault.
Les niveaux des nappes souterraines sont inquiétants, atteignant même par endroits des records bas pour la saison.

Le préfet de l’Hérault a donc décidé de passer en alerte sécheresse renforcée 9 secteurs à risque.

  • bassin versant de l’Hérault, amont et aval.
  • bassin versant de la Lergue.
  • la nappe astienne et le bassin versant du Vidourle.
  • bassin versant de l’Orb, source, amont et aval et son axe soutenu.
  • bassin versant du Jaur.

Les bassins du Lez et de La mosson, de la source à l'embouchure, passent en alerte simple, soit en niveau 2.

Le reste du département de l’Hérault, soit 8 autres zones, dont Lunel, La Grande-Motte et l'ouest en limite du Tarn et de l'Aude, est maintenu en simple vigilance, soit en niveau 1.

Quelles restrictions d'eau ?

En situation d'alerte renforcée (zones orange) : interdiction de remplir les piscines privées (sauf 1ère mise en eau après construction et usage collectif), de laver des véhicules publics ou privés en dehors des stations professionnelles (sauf obligation sanitaire et matériel technique). Les bornes et fontaines en circuit ouvert doivent être fermées.

Toute manoeuvre d'ouvrage situé sur des cours d'eau est interdite.

L'arrosage des pelouses, jardins d'agrément, espaces verts publics ou privés, des terrains de sport et d'entrainement (sauf autorisation spéciale), le lavage des voiries (sauf balayeuses automatiques), les douches de plage, le prélèvement d'eau pour remplir lacs et étangs ou leur vidange sont interdits.
Une dérogation est accordée entre 20h et 10h pour les terrains de sport accueillant des compétitions nationales ou internationales.

L'arrosage des golfs (réduit aux greens et au départ) et des jardins potagers est interdit de 8h à 20h.

L'arrosage des cultures est interdit de 11h à 20h sauf micro-irrigation, goutte à goutte et cultures hors sols.

Les activités industrielles sont réduites avec registre hebdomadaire, soumises à déclaration.

Les travaux d'entretien sur les stations d'épuration et les réseaux d'assainissement entrainant un dépassement des normes de rejet sont interdits. Enfin, les prélèvements dans le Canal du Midi sont soumis à des restrictions journalières.

En situation d'alerte (zones jaunes) : le remplissage des piscines privées, le lavage des voitures hors stations professionnelles et le fonctionnement des fontaines en circuit ouvert sont interdits.

L’irrigation agricole et des jardins potagers est interdite entre 8h et 20h (sauf pour les modes d’irrigation économes en eau type goutte-à-goutte).
L’arrosage domestique (pelouses, jardins d'agrément), des terrains de golf et des espaces sportifs (stades), est également interdit entre 8h et 20h, (sauf dérogation spéciale).

Ces mesures de restriction concernent également l'usage de l'eau à partir de forages ou de pompages domestiques.
Les activités industrielles doivent limiter leur consommation d'eau et un registre hebdomadaire de prélèvements doit être rempli.
En parallèle, les autorités invitent chacun à éviter tout gaspillage et à maîtriser sa consommation d’eau.

Les travaux d'entretien sur les stations d'épuration et les réseaux d'assainissement entrainant un dépassement des normes de rejet sont interdits. Enfin, les prélèvements dans le Canal du Midi sont soumis à des restrictions journalières.

En situation de vigilance (zones grises) : il est demandé à chacun d’adopter un comportement écoresponsable, en utilisant l’eau de manière raisonnée. L’enjeu est de préserver la ressource pour les semaines à venir et retarder la prise de mesures plus restrictives.

Tout contrevenant aux mesures de restriction encourt des amendes jusqu'à 1.500€ pour les particuliers (3.000€ en cas de récidive) et 7.500€ pour les personnes morales.