Témoignage. "Le sport m'a sauvé" : contre le harcèlement, le triathlète Sylvain Dhugues entame à Montpellier un Tour de France des établissements scolaires

Publié le Écrit par Valérie Luxey

Alors que démarre ce lundi son "Tour de France de l'Engagement" qui va le mener dans 32 villes pour relever 16 défis sportifs et sensibiliser ainsi 30 000 jeunes, Sylvain Dhugues, un Montpelliérain de 23 ans, ancien élève obèse et harcelé se livre à France 3 Occitanie.

Violence intrafamiliale, obésité et harcèlement scolaire ont marqué l'enfance et l'adolescence de Sylvain Dhugues. C'est le sport qui l'a sauvé. Ce Montpelliérain de 23 ans, ancien patient de l’Institut Saint-Pierre de Palavas, reconnu pour sa prise en charge des enfants en surpoids, s'est mis au triathlon.

Il s'était juré de boucler un Ironman, cette épreuve reine mais terrible, de la discipline : défi relevé à Aix-en-Provence. Après trois ans de préparation, le 22 mai 2022, il termine ses 8,5 km de nage, 180 km de vélo suivis d'un marathon en 13 heures et 36 minutes.

De quoi faire taire définitivement ceux qui l'appelaient "Fat man" ("le gros" en anglais).

Ça a commencé par l’envie de refaire du sport, de me reprendre en main. Et ça a commencé à me sauver petit à petit.

Sylvain Dhugues, triathlète engagé contre le harcèlement

Volonté de fer

Désormais Iron Man ("l'Homme de Fer"), le voilà lancé dans un nouveau challenge : un Tour de France de l'Engagement dans les établissements scolaires de 32 villes, jalonné de 16 défis sportifs. Objectif : sensibiliser 30 000 jeunes. Et aider à "réparer" les victimes, comme le dit son ancien instituteur Guillaume Lahouze, aujourd'hui enseignant dans le second degré et qui accompagne le projet. Une aventure qu'il partage sur sa page Facebook : "Avec le sport comme étendard, je veux leur montrer que l'on peut toujours aller de l’avant, reprendre confiance et s'en sortir malgré les difficultés".

Ce lundi 15 janvier 2024, la première étape de ce périple a mené Sylvain Dhugues et son meilleur ami Vincent, celui qui lui a tendu la main alors qu'il était harcelé à l'âge de 15 ans, au lycée professionnel Pierre Mendès France de Montpellier, pour un récit dans lequel certains élèves se sont reconnus.

Réparation plus que prévention

L'un d'entre eux confie : "je traverse un peu la même chose j'ai pris beaucoup de poids moi aussi. Ça donne du courage, ça motive : si lui, il y arrive, tout le monde peut y arriver". "Moi, j'ai vécu un peu la même situation en CE2 et j'ai eu un peu du mal à le dire, révèle un autre. Je n’en avais même pas parlé à mes parents. C'est un ami à moi qui l'a dit : c'était vraiment un geste de bravoure. Maintenant je sais que je ne suis pas seul".

Ne plus être seul

Sylvain Dhugues était ce dimanche l’invité de Céline Aubert-Egret dans notre journal régional Ici 19/20 en Languedoc et en Roussillon. Entretien.

Que vous disent les jeunes que vous rencontrez ?

Ils se sentent reconnus dans leur parcours parce que c’est vécu qu’on leur partage : voir un jeune qui a vécu cette situation et qui s’en est sorti, c’est inspirant pour eux. Ils se reconnaissent dans mon histoire et ils ont envie de se dépasser au travers de défis sportifs.

Votre enfance difficile, en raison de violences familiales et de votre surpoids, a-t-elle joué dans votre harcèlement ?

Mon père était violent : il battait ma belle-mère. J’ai été confronté à ces violences pendant des années, ça m’a conduit à prendre beaucoup de poids. Et puis le harcèlement est arrivé avec le collège et le lycée. Cette obésité, je l’ai subie.

Pour vous en sortir, vous vous êtes mis au triathlon. Est-ce que n’importe qui peut y arriver ?

Moi ce qui m’a aidé, c’est qu’un ami m’a tendu la main au lycée face à un groupe de harceleurs qui essayaient de me rabaisser. Je n’étais plus seul face à la difficulté. Ça commence par là.

Vous débutez un Tour de France de l’Engagement. Qu’est-ce que c’est ?

L’an dernier, on a commencé à aller dans les établissements scolaires de Montpellier et assez naturellement, j’ai eu plein de demandes partout en France. Je me suis dit qu’il fallait aller raconter cette histoire. Donc pendant un an, on va aller sensibiliser les jeunes et relever des défis sportifs pour les inciter à pratiquer une activité physique et sportive qui va leur redonner confiance en eux. Moi le sport, c’est ce qui m’a sauvé. Et cette année olympique est le moment idéal pour faire passer mon message.

Trois premiers défis sportifs et un documentaire

Le Tour de France de l'Engagement de Sylvain Dhugues s'achèvera le 1er décembre 2024. Commencées à Montpellier ce 15 janvier, ces interventions en milieu scolaire seront entrecoupées de 16 défis sportifs relevés sur le parcours, à commencer les 27 et 28 janvier par la Spartan Race, célèbre course à obstacles sur les sommets enneigés de Valmorel (Savoie). Viendront ensuite la Transjurassienne et le Dernier Homme Debout (une boucle à répéter toutes les heures, avec 350 coureurs au départ et un seul à l’arrivée).

Le 22 janvier, un documentaire retraçant son histoire, intitulé "De Fatman à Ironman" et réalisé par Nicolas Acloque, sera mis en ligne sur You Tube.

Écrit avec Léo-Pol Platet et Valérie Banabera.

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :