Trois détenus de la prison de Villeneuve-lès-Maguelone participent à la course des Boucles de Maguelone

Ils s'entrainent depuis 3 mois. Des détenus de la maison d'arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone dans l'Hérault vont participer à une course pédestre dimanche 14 avril. Un projet sportif qui peut aussi les aider à mieux préparer leur sortie de prison.

Les détenus s’entraînent 5 fois par semaine avec les surveillants et le club Maguelone Jogging pour réaliser la meilleure performance possible lors de la course pédestre des Boucles de Maguelone le dimanche 14 avril 2019.
Les détenus s’entraînent 5 fois par semaine avec les surveillants et le club Maguelone Jogging pour réaliser la meilleure performance possible lors de la course pédestre des Boucles de Maguelone le dimanche 14 avril 2019. © F3 LR
A l'heure de la séance d'entraînement, c'est au pas de course que les détenus rejoignent la cour de la maison d'arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone dans l'Hérault.

Les détenus qui ont accès aux activités sportives apprécient tous ce moment.

Ils font partie du groupe athlétisme de la prison et s'entraînent pour une course à l'extérieur des murs de la prison, les Boucles de Maguelone, dimanche 14 avril. Un véritable défi.

ça occupe l'esprit au lieu d'être tout le temps enfermé en cellule et de faire les mêmes activités. c'est mieux, le sport c'est très important.

Pour faire partie de ce groupe, les détenus ont été sélectionnés. Il faut déjà qu'ils soient condamnés (et pas en attente de leur jugement), qu'ils soient permissionnables et qu'ils soient inscrits au sport, explique le surveillant et moniteur de sport, Michael Escolano.

Les détenus passent par une commission. Il y a en général 2 à 3 mois d'attente pour venir au sport.

Au départ, ils étaient 10 candidats pour participer aux boucles de Maguelones.

Finalement, ils ne seront que 3 à sortir ce dimanche 14 avril.

Certains ont lâché, d'autres n'ont pas obtenu la permisson du juge.

Des bénéfices à long terme aussi


Mais pour ceux qui restent, après 3 mois de préparation, la satisfaction dépasse largement leurs simples performances.

On a donné le meilleur de nous-mêmes et on dit merci aux surveillants aussi, ils ne sont pas obligés de faire ça.

ça fait plaisir à nos familles dehors aussi.

L'activité est encadrée par les moniteurs de sport de la prison mais aussi par des éducateurs du club d'athlétisme de Maguelone.

A raison de 5 entrainements par semaine, les détenus se sont métamorphosés, physiquement mais aussi moralement. C'est ce qu'a constaté Sofiane Alkhaliki, entraineur du club Maguelone jogging.

Les bénéfices du sport sont décuplés à l'intérieur de la prison [par rapport à l'extérieur], en terme de valorisation de soi, d'hygiène de vie et de réalisation d'un objectif.

A force de travail, les trois coureurs de la prison se sont fixés des objectifs élevés : courir en moins de 45 minutes leurs 10 kilomètres dimanche.


Reportage de Sébastien Banus et Franck Detranchant

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prison justice société sport