Trump président des USA : les réactions des politiques d'ici sur twitter

© DEAN LEWINS/EPA/MaxPPP
© DEAN LEWINS/EPA/MaxPPP

Le républicain populiste Donald Trump est élu 45ème président des USA. Localement au FN : on se réjouit et on rêve déjà à l'élection de Marine le Pen. A gauche et à droite : on met en garde contre la montée du populisme. Et Robert Ménard invite Trump à Béziers.

Par Laurence Creusot

Le républicain Donald Trump a été élu mercredi matin président des Etats-Unis en remportant 279 grands électeurs, dépassant les 270 nécessaires pour entrer à la Maison Blanche le 20 janvier prochain, contre 218 à sa rivale démocrate Hillary Clinton. 

Huit ans après l'élection de Barack Obama, premier président noir qui avait suscité une immense vague d'espoir, Donald Trump, taxé de sexisme et de xénophobie par ses adversaires, l'a emporté sur la démocrate Hillary Clinton qui espérait devenir la première femme présidente de l'histoire.
Surprise, inquiétude, seuls les élus du Front national y voit un signe favorable à l'élection de Marine le Pen à la Présidentielle de  2017.

Le Front national se réjouit

Marine Le Pen s'est précipitée mercredi pour féliciter Donald Trump, avant même l'annonce de sa victoire à la présidentielle américaine, espérant y voir un signe favorable pour sa propre candidature en 2017, placée sous le signe de la lutte contre le "système".
A 7H20, plus d'une heure avant la confirmation du succès du républicain, Marine Le Pen s'est adressée sur Twitter à M.Trump et aux Américains : "Félicitations au nouveau président des Etats-Unis Donald Trump et au peuple américain, libre!"
A Beaucaire, Julien Sanchez maire FN lui emboîte le pas.

Robert Ménard proche du FN félicite directement Donald Trump et sort la bagnière étoilée.

Et le maire de Béziers invite Donald Trump dans sa ville
 


Louis Aliot à Perpignan parle d'événement historique digne de la chute du mur de Berlin

Gilbert Collard, député FN du Gard fustige la presse.


Risques pour la démocratie


Alain Juppé, favori des sondages pour la primaire de la droite, a "pris acte", mercredi, de la "décision souveraine" du peuple américain, après l'élection de Donald Trump, et mis en garde les Français contre "les risques que la démagogie et l'extrémisme font courir à la démocratie".

Près de Montpellier, Jean-Pierre Grand sénateur maire de Castelnau-le-Lez met en garde les électeurs contre le populisme.


Questions et inquiétudes à gauche

A gauche, le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault estime que "beaucoup de questions" se poseraient en cas de victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine, s'inquiétant notamment de l'avenir de l'accord de Paris sur le climat ou de l'accord sur le nucléaire iranien.
"Il va falloir essayer de savoir ce que veut faire ce nouveau président. Ce qu'il a dit jusqu'à présent provoque bien des inquiétudes", a déclaré M. Ayrault sur France 2.

Christian Assaf député PS de l'Hérault estime qu'il est temps de réagir.

Christophe Cavard député écologiste du Gard parle de malaise et de nausée


 

Sur le même sujet

Les + Lus