VIDEO. "Cinq agressions en trois semaines, c'est fou !", les commerçants du centre-ville de Montpellier se sentent menacés et alertent sur l'insécurité croissante

durée de la vidéo : 00h01mn35s
Depuis quelques semaines, les commerçants du centre-ville de Montpellier sont victimes d'agressions. Aujourd'hui, plusieurs d'entre eux se sont regroupés en association et tirent la sonnette d'alarme sur le manque de sécurité dans l'exercice de leur métier et pour leur clients. ©FTV

Depuis quelques semaines, les commerçants du centre-ville de Montpellier sont victimes d'agressions. Aujourd'hui, plusieurs d'entre eux se sont regroupés en association et tirent la sonnette d'alarme sur le manque de sécurité dans l'exercice de leur métier et pour leur clients.

Le 19 mai dernier, Sullivan est seul avec un client dans sa boutique de prêt-à-porter de marque, située en plein centre de l'Ecussion à Montpellier. Soudain, il surprend cette personne en train de voler un vêtement alors qu'elle se trouve dans la cabine d'essayage.

Un monsieur a essayé de prendre un T-shirt. Il était mécontent que je me rende compte de la tentative de vol. Je lui ai demandé de sortir du magasin. Et alors que je tenais la porte, il m'a donné un coup de poing au visage.

Sullivan, responsable d'un magasin de prêt-à-porter.

Dans le magasin, il y a eu un avant et un après agression. Des caméras de vidéosurveillance vont être installées et surtout, un agent de sécurité a été recruté. Sullivan lui, se dit marqué par ce geste violent. "C'est fou d'en arriver à de la violence gratuite pour un T-shirt à Montpellier, en plein jour, dans une rue très passante. C'est stupide !" se lamente le commerçant.

Cinq agressions en trois semaines

Pour l'association des commerçants de l'Ecusson, cette vague de violence et d'insécurité est récente. Elle serait liée à l'augmentation de population en centre-ville. Depuis trois semaines, cinq vendeurs et gérants de commerces ont été agressés.

"Tous les jours, un commerçant m'appelle parce qu'il s'est fait volé, agressé, giflé ou insulté. On alerte la police municipale ou nationale, ils interviennent tout de suite", explique la présidente des commerçants.

La police arrête la personne mais une heure après, elle est déjà dehors. Il faut qu'ils aient des sanctions en fonction de leur délit !

Odette Daudé, présidente de l'association des commerçants de l'Ecusson.

Les commerçants de l'Ecusson réclament d'urgence des renforts policiers, notamment pendant les 3 mois de la saison estivale.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité