Hérault : 300 bouteilles de vins grands crus volées à Cabrières

Une partie du vignoble de Cabrières, autour de la route qui mène à Clermont l'Hérault (34) / © DR : Jean Attard - Mas Cories
Une partie du vignoble de Cabrières, autour de la route qui mène à Clermont l'Hérault (34) / © DR : Jean Attard - Mas Cories

Les faits se sont déroulés entre dimanche 15 au soir et jeudi 19 décembre au matin : la cave du domaine Mas Coris à Cabrières (Hérault) a été forcée. Plus de 300 bouteilles ont été emportées par des cambrioleurs, dont près de 75% de grandes cuvées Pic de Vissou rouge 2014.
 

Par Philippe Sans

La cave de Véronique et Jean Attard est installée au cœur de cette commune de moins de 500 habitants, entre Pézenas et Clermont-l’Hérault. Et c’est jeudi matin en revenant y travailler que les faits ont été découverts : les deux vantaux principaux du portail écartés.

On fêtait cette année nos dix ans et cela allait être l’occasion d’organiser une grande dégustation de nos meilleurs cuvées de 2010 à 2018, en ce que l’on appelle une « verticale »…C’est un préjudice certes financier, mais surtout patrimonial et sentimental, c’est notre histoire que l’on a volée ! (Jean Attard)

Jean Attard, viticulteur à Cabrières (Hérault), s'est fait dérober plus de 300 bouteilles dont des grandes cuvées. / © DR : Jean Attard - Mas Cories
Jean Attard, viticulteur à Cabrières (Hérault), s'est fait dérober plus de 300 bouteilles dont des grandes cuvées. / © DR : Jean Attard - Mas Cories


Perte estimée : près de 10 000 euros minimum

Les bouteilles de vins du Mas Coris sont vendues entre 20 et 30 euros l'unité selon les années en dehors des grands crus. Une perte pour ces viticulteurs classés en bio aujourd'hui de minimum 10 000 euros.

Jusqu’alors sollicitée pour des dégâts sur les vignes, les assurances devraient couvrir en partie ce vol. Reste à savoir sur quelles valeurs financières : prix de production ou prix de vente de ces bouteilles grands crus ? Les propriétaires Véronique et Jean Attard ne le savent pas encore.

Les bouteilles grandes cuvées sont repérables de par les anciennes étiquettes. Les propriétaires ont lancé un appel à témoignage sur les réseaux sociaux :
 


La gendarmerie de Clermont-L’Hérault est chargée de l’enquête.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus