À Sète, une file d'attente symbolique devant le Théâtre Molière pour réclamer la réouverture des lieux culturels

Deux cents personnes se sont réunies ce samedi 20 mars pour une action symbolique sur le parvis du Théâtre Molière de Sète, dans l'Hérault. Toutes réclament à l'unisson la réouverture des lieux culturels, fermés au public depuis plusieurs mois.

Deux cents personnes attendent symboliquement la réouverture du Théâtre Molière de Sète.
Deux cents personnes attendent symboliquement la réouverture du Théâtre Molière de Sète. © Carine Alazet / France Télévisions.

"Le printemps est inexorable", disait le poète Pablo Neruda. C'est sous cette bannière que se rassemblent les acteurs du monde de la culture ces 20 et 21 mars pour réclamer la réouverture des lieux culturels en France.

Ce samedi matin, 200 personnes se sont mobilisées devant le Théâtre Molière de Sète, toujours fermé au public. Dès 10h30, elles se sont symboliquement assises sur les marches du parvis, en position d'attente, comme si elles faisaient la queue pour assister à un spectacle.

Au-dessus d'elles, une banderole déployée sur la façade du bâtiment fait référence à une célèbre chanson de Joe Dassin : "Et si tu n'existais pas, dis-moi comment j'existerais"

"Cette phrase nous a semblé appropriée. Sans art, sans culture, comment le public peut-il se forger un esprit critique ?", se questionne la directrice du Théâtre Molière Sandrine Mini.

"On n'a plus de nourriture culturelle"

Le public justement était au rendez-vous ce samedi pour participer à la mobilisation et écouter les prises de parole : dans la foule, beaucoup reconnaissent que l'art leur manque. "On n'a plus de nourriture culturelle et pour moi elle est capitale !", s'exclame une Héraultaise, qui est aussi artiste peintre. 

Quand pourra-t-on assister de nouveau à une pièce de théâtre ? À Sète, on attend de pied ferme le feu vert du gouvernement.
Quand pourra-t-on assister de nouveau à une pièce de théâtre ? À Sète, on attend de pied ferme le feu vert du gouvernement. © Carine Alazet / France Télévisions.

Également présent ce samedi, ce jeune couple regrette le temps où il pouvait aller voir des représentations, à deux ou avec les enfants.

On a l'habitude de venir à Sète parce qu'il y a notamment une super programmation jeune public. La culture vivante nous manque : c'est un espace de rencontre et d'ouverture au monde et aux autres.

Une spectatrice.

Un peu plus loin, un enseignant a également tenu à apporter son soutien : il a l'habitude de venir au théâtre régulièrement avec sa classe. "Les élèves ne comprennent pas pourquoi le théâtre est fermé. Il y avait une attente, des projets, ils voulaient voir des choses. Notre dernière sortie remonte à quelques mois : on avait assisté à une représentation de danse contemporaine, c'était un super moment."

L'enseignant s'est exprimé devant la foule ce samedi matin.
L'enseignant s'est exprimé devant la foule ce samedi matin. © Benoît de Tugny / France Télévisions.

Un théâtre fermé depuis 369 jours

Les portes du Théâtre Molière sont closes depuis plus d'un an, à l'exception d'une très courte période de réouverture au mois d'octobre. Depuis l'automne, le lieu culturel s'est transformé en résidence d'artistes. 

C'est une façon pour nous d'accompagner les artistes, de maintenir des techniciens au travail et surtout de garder l'ensemble de l'équipe dans une bonne énergie. Car depuis tout ce temps, je dois dire qu'on a des moments de fatigue.

Sandrine Mini, directrice du Théâtre Molière à Sète.

En 25 ans de carrière, cette directrice passionnée n'aurait jamais cru connaître une telle crise. "La culture m'a construite : en être privée et voir que les gens ne peuvent pas s'en nourrir, c'est quelque chose d'assez effrayant." Sandrine Mini l'assure : le Théâtre Molière sera prêt à rouvrir dès que le gouvernement donnera son feu vert.

"Et si tu n'existais pas, dis-moi comment j'existerais", peut-on lire sur la banderole.
"Et si tu n'existais pas, dis-moi comment j'existerais", peut-on lire sur la banderole. © Benoît de Tugny / France Télévisions.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture covid-19 santé société manifestation économie social théâtre spectacle vivant