Hérault : des tags anti-masques pour les enfants sur les murs de l'école, la commune de Poussan porte plainte

La maire de Poussan, près de Sète, a alerté ce lundi contre des tags anti-masques sur les murs de l'école municipale, le jour de la rentrée, alors que le masque a été rendu obligatoire pour les plus de 6 ans depuis le début du reconfinement.
"Pas de masques aux petits" c'est ce qui a été inscrit sur les murs de l'école de Poussan, dans l'Hérault
"Pas de masques aux petits" c'est ce qui a été inscrit sur les murs de l'école de Poussan, dans l'Hérault © Ville de Poussan
Des tags contre le port du masque obligatoire pour les plus petits ont été retrouvés ce lundi 2 novembre, le matin de la rentrée scolaire, sur le mur de l'école de Poussan, petite commune du bassin de Thau de 5 000 habitants. 

La maire nouvellement élue, Florence Sanchez (DVG), a condamné ces dégradations et indiqué que la commune allait porter plainte contre les auteurs de ces actes.

"De tels actes sont tout bonnement intolérables", a-t-elle réagi, et appelle les parents à respecter les règles malgré leurs idées sur le sujet.  
 

Quelle que soit l’opinion de chacun à l’égard des mesures sanitaires qui s’appliquent à tous, à l’échelle nationale, elle ne saurait justifier ces dégradations qui s’attaquent à un haut-lieu des valeurs républicaines et offre un triste spectacle à nos écoliers poussannais, pour qui cette rentrée revêt déjà une atmosphère particulière au vu de l’actualité.

Florence Sanchez, maire de Poussan

Contactée, Florence Sanchez dit "comprendre l'incompréhension des parents", mais regrette que leur colère ne soit dirigée contre l'école. Des affiches avaient déjà été placardées partout dans l'école la veille de la rentrée, également contre les masques à l'école. La commune n'avait alors pas porté plainte mais avait retiré les affiches.  

"Nous ne prenons pas les décisions, nous ne faisons que les appliquer. Nous aussi nous subissons les mesures parfois contradictoires qui sont annoncées", explique-t-elle. Elle note que les enfants étaient tous rassemblés en centres de loisirs sans masques encore la semaine d'avant la rentrée. 


Fronde parmi les parents d'élèves

Cette mesure sanitaire aurait pourtant pu rassurer la plupart des parents, des cas de Covid-19 ayant été détectés dans l'école maternelle du groupe scolaire en question en septembre dernier. Cette école avait dû fermer ses portes, tout comme deux classes de l'école élémentaires. "Nous avons eu beaucoup de cas, donc dire que le virus ne se transmet pas aux petits, c'est tout simplement faux", rappelle la maire.
 

L'annonce de cette nouvelle règle a en effet partagé les parents et les enfants. "Ma fille était contente, c'est mamie qui a fait le masque avec des licornes dessus", raconte un père de famille à la sortie d'une école, dans la région Midi-Pyrénées. "J'ai retrouvé un petit garçon assez stressé, il a pleuré en me demandant pourquoi il devait mettre le masque alors que ça fait trois mois qu'il ne l'a pas mis avec ses copains", témoigne un autre parent.

Dans certaines communes de France, la fronde commence à gronder parmi les parents d'élèves, qui parfois refusent même d'envoyer leur enfant à l'école. A Poussan, cela n'a pas été le cas, et la rentrée s'est malgré tout bien passée. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société éducation