Plages de sable : attention aux vives !

Des plages bondées et une mer fraîche. Conditions idéales pour les piqûres de vives. Sur la côte sableuse, les postes de secours du Languedoc-Roussillon soignent chaque jour des baigneurs qui ont marché sur le poisson venimeux. Des piqûres peu dangereuses mais très douloureuses.

Les vives de nos côtes (echiichtys vipera) mesurent entre 6 et 14 cm et s'enfouissent dans le sable.
Les vives de nos côtes (echiichtys vipera) mesurent entre 6 et 14 cm et s'enfouissent dans le sable. © Ouest France

Ce petit poisson a une mine patibulaire avec ses dents pointues mais le danger est ailleurs. La vive possède une arête dorsale pleine de piquants venimeux et vit enfouie dans le sable. Alors gare aux baigneurs qui marchent dans l'eau peu profonde. C'est souvent là qu'elles se tapissent car l'eau y est plus chaude, surtout lorsque le vent du nord refroidit l'eau du large.

Depuis quelques jours, les interventions des sauveteurs se multiplient en Languedoc-Roussillon après des piqûres de vives, notamment dans la zone de Sète. Les vives n'y sont pourtant pas plus nombreuses qu'au mois de juillet... mais les touristes, si !
Contrairement aux idées reçues, les vives ne se déplacent pas subitement ou avec les courants. Simplement, elles ont d'avantage l'occasion de piquer quand les pieds qui foulent le sol se multiplient.

Comment éviter les vives ?

Pour prévenir les piqûres de vives, une seule solution efficace : éviter de marcher et de se baigner pieds nus. On peut, notamment pour les plus petits, préférer les sandalettes en plastique qui tiennent aux pieds.

Que faire en cas de piqûres ?

Si vous êtes près d'un poste de secours, n'hésitez pas à solliciter les secouristes. Ils ont hélas l'habitude de traiter ce genre de bobos.

Le venin des vives est thermosensible. Il suffit donc de confronter la piqûre à une source de chaleur pour qu'il disparaisse. Approcher une cigarette ou plonger le pied dans de l'eau chaude (au moins 40 °C) permet d'estomper la douleur en une demi-heure.

Retirez les éventuels débris d'arêtes à la pince à épiler et, par mesure de précaution, désinfecter la petite plaie.

Il est tout de même conseillé aux personnes cardiaques ou particulièrement fragiles de consulter un médecin en cas de piqûre. De même, dans des cas extrêmes, une douleur syncopale pourrait entraîner une noyade.

A ne pas faire

Ne plongez pas votre pied dans des glaçons, ne frottez pas la piqûre avec du sable ou un citron.
Attention, la vive n'est pas une vipère: toute incision ou tout garrot seraient non seulement inefficaces mais aussi dangereux.
Les anti-histaminiques, corticoïdes, aspirine, antalgiques (y compris morphiniques) sont inefficaces.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme santé vacances littoral archives