Sète : les sardines en Méditerranée sont de plus en plus petites selon l'Ifremer

Publié le
Écrit par Bérénice Del Tatto
Un banc de sardines. Les espèces essentielles à la pêche commerciale et de subsistance subissent le déclin le plus marqué, selon le WWF.
Un banc de sardines. Les espèces essentielles à la pêche commerciale et de subsistance subissent le déclin le plus marqué, selon le WWF. © PAOLO CURTO / AGF / AFP

L'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) a rendu son rapport après une étude menée entre Sète et Palavas. Le constat est sans appel : les sardines rapetissent. Jean-Marc-Fromentin, chercheur à Sète et chargé du projet, nous explique pourquoi.

Pourquoi les sardines de la Méditerranée sont-elles de plus en plus petites ? C'est la question à laquelle a tenté de répondre une étude menée par l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer).

Depuis le milieu des années 2000, la taille des sardines est passée de 15 cm à 11 cm. La thèse de Guillaume Feuilloley, soutenue à Montpellier en décembre dernier, a mis de côté les pistes les plus évidentes pour expliquer ce phénomène. En effet, ce ne sont ni la surpêche, ni les prédateurs naturels ou les virus qui ont causé cette diminution de taille. Les responsables sont des changements environnementaux.

L'alerte a été donnée par les pêcheurs. Ils étaient inquiets car ils ne trouvaient plus de grosses sardines et ce sont les seules commercialisables

Jean-Marc Fromentin, chercheur à l'Ifremer à Sète

Des aliments plus petits

Les sardines sont plus petites car leurs aliments le sont aussi. C'est la thèse portée par Quentin Queiros et qui a été vérifiée à Palavas. 450 poissons y ont été nourris dans les bassins d'expérimentation de l'Ifremer. Jean-Marc Fromentin détaille : "Les sardines ont été soumises à 4 quantités et qualités de nourriture différentes. Le test s'est fait sur 7 mois. On a été vraiment surpris car la taille de la nourriture compte autant que la quantité."

La taille de la sardine dépend en réalité de sa façon de s'alimenter. Elles consomment les proies de moindre taille à travers leurs branchies par filtration. Ce mode d'alimentation suggère une nage plus intense et plus longue. Ainsi, la dépense énergétique est plus importante et la sardine moins grosse.

Avec des aliments de grande taille, la sardine gobe ses proies une par une, ce qui requiert un temps de nage soutenue bien moins long et donc une moindre dépense d'énergie. D'où des sardines plus charnues.
Les poissons nourris en grande quantité avec des aliments de plus grande taille ont retrouvé une taille similaire à ceux pêchés avant 2008.

Des changements d'environnement

La couleur de l'eau, la température, les courants ou les vents n'ont pas pu expliquer la diminution de la taille des sardines. Jean-Marc Fromentin a participé au projet : "Aucune variable environnementale isolée ne semblait expliquer les variations de taille. Mais de manière groupée avec tous les paramètres, on a pu montrer que les conditions ont changé depuis 30 ans." 

Ceci s'explique aussi par un changement de qualité et de quantité du plancton qu'ingèrent les poissons. Les microalgues sont les organismes à la base de la chaîne alimentaire. Les planctons s'en nourrissent puis les sardines mangent les planctons. "Or aujourd'hui, les espèces de microalgues sont plus petites à cause du réchauffement des eaux donc on va vers des cellules de phytoplanctons de plus en plus petites " explique Jean-Marc Fromentin.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.