Sète : un nouveau poste dédié aux violences conjugales ouvert au commissariat

En écho au Grenelle consacré aux violences conjugales qui commence à Paris, dans l'Hérault, un poste d'intervenante sociale en commissariat et gendarmerie a été créé à Sète. 15 femmes ont été tuées depuis janvier 2019 en Occitanie.
Un poste d'intervenante sociale vient d'être créé au commissariat de Sète. C'est le cinquième dans l'Hérault.
Un poste d'intervenante sociale vient d'être créé au commissariat de Sète. C'est le cinquième dans l'Hérault. © FTV
Alors que le Grenelle des violences conjugales s'ouvre à Paris, dans l'Hérault, un cinquième poste d'intervenante sociale en commissariat et gendarmerie (ISCG) vient d'être inauguré à Sète.

Il sera financé à hauteur de 60% par le département de l'Hérault et à 40% par l'Etat.
 

Une mission d'écoute 


Le premier ISCG a été crée dès 2003 dans l'Hérault. Près 260 intervenants sociaux sont aujourd'hui en poste en commissariat ou en gendarmerie en France.

Sa mission : accueillir et oriente les victimes – principalement de violences faites aux femmes – et contribuer à détection les situations de violences intrafamiliales, de précarité ou  troubles psychiques.
 
Il ou elle reçoit des personnes présentant des problématiques sociales détectées dans le cadre de l'action des services de police et de gendarmerie.

  

15 féminicides en Occitanie depuis 2019


Selon l'étude faite par le gouvernement, l'Occitanie est la cinquième région en nombre de féminicides.

Le phénomène des féminicides est en progression : on comptait 10 victimes en 2018 et 13 décès sur toute l’Occitanie, or depuis le début de l'année 2019, selon le collectif féminicides par compagnon ou ex, il y a déjà eu 15 victimes.

Une femme décédée de mort violente dans le Gard, trois autres dans les Pyrénées-Orientales et six dans l'Hérault, un des départements les plus concernés par ces violences.
  

"Nous toutes" appelle à manifester mercredi à Montpellier


A l'initiative du collectif  «Nous toutes» qui dénonce le 101ème féminicide en France depuis janvier, un rassemblement est prévu mercredi à 18h devant la préfecture de l'Hérault à Montpellier.

Ce mouvement féministe proteste contre l'inaction de l'État et dénonce les faibles moyens mis au service de ce fléau, pourtant proclamé "grande cause" du quinquennat.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
femmes société faits divers justice police sécurité violence