Toussaint : les Sétois perpétuent la tradition

Même si l'affluence dans les cimetières tend à se réduire ces dernières années, beaucoup de particuliers sont tout de même allés rendre hommage à leurs proches et à leurs ancêtres ce 1er novembre. Reportage à Sète.


Ce jeudi 1er novembre, des cérémonies étaient organisées dans tout le pays en souvenir des morts pour la France pendant la guerre. Dans le même temps, beaucoup de particuliers sont allés rendre hommage à leurs proches et à leurs ancêtres, notammentpour embellir leurs tombes.
 

"Ce sera ma future maison"


C'est le cas d'Isabelle Roger. Elle rend visite à son mari depuis 22 ans au cimetière marin de Sète. Pendant toutes ces années, elle s'est attachée à ce lieu. 
"Ce sera ma future maison. Quand je serai morte, j'ai dit à mes enfants de me mettre avec leur père.".


Un reportage d'Olivia Boisson et Stéphane Tapponier
Même si l'affluence dans les cimetières tend à se réduire ces dernières années, beaucoup de particuliers sont tout de même venus rendre hommage à leurs proches et à leurs ancêtres ce 1er novembre. Reportage à Sète. ©F3 LR
 

"De moins en moins de monde"


Au cimetière du Py de Sète, les Ferrara, une famille de fleuristes, tiennent un stand à l'occasion du premier novembre depuis 28 ans. Mais depuis quelques années, le constat est sans appel : "Il y a moins de fleuristes qui viennent et de moins en moins de monde. On n'est plus que trois fleuristes mais c'est pas pour autant qu'on vend plus. On voit toujours des gens bien sûr mais chaque année un peu moins.",  indique Olivier Ferrara.
 
L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité