"Urbanisation, surfréquentation", ces dangers qui menacent les plages de galets en Méditerranée

Publié le
Écrit par Emmanuel Deshayes avec AFP

C'est un "patrimoine écologique exceptionnel" qui est en péril selon l'UICN France. Les écosystèmes des plages de galets et de graviers du littoral méditerranéen seraient sérieusement menacés par l'urbanisation et la surfréquentation humaine. A l'image du lido de Pierre-Blanche entre Frontignan et Palavas-les-Flots dans l'Hérault.

C'est un avertissement. Presqu'une alerte. Selon une étude du comité français de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) publiée vendredi 30 septembre 2022, les écosystèmes des plages de galets et de graviers du littoral méditerranéen sont sérieusement menacés par l'urbanisation et la surfréquentation humaine. Ils rejoignent ainsi la Liste rouge des écosystèmes en France.

Un constat alarmant sur le littoral

L'UICN a mené cette évaluation avec l'Office français de la biodiversité (OFB) et le Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN). Evaluation qui a mobilisé de nombreux experts issus des universités, des Conservatoires botaniques nationaux ou du Conservatoire du littoral. Tous ces scientifiques et observateurs estiment aujourd'hui que quatre des six écosystèmes constituant le rivage rocheux méditerranéen "sont menacés ou quasi menacés du fait de l'urbanisation du littoral, de la fréquentation ou encore de la présence d'espèces végétales exotiques envahissantes". Et que "des actions sont nécessaires pour protéger ce patrimoine écologique exceptionnel, avec des cortèges d'espèces que l'on ne retrouve nulle part ailleurs en France." 

Dans l'Hexagone, apprend-t-on, les rivages rocheux représentent en effet près des deux tiers du trait de côte méditerranéen, pour l’essentiel situé en Corse et dans la région PACA. Ces rivages "abritent une flore et une microfaune particulières très riches, adaptées à des conditions écologiques contraignantes". Ils "constituent également des espaces de haltes migratoires, d'hivernage et de reproduction pour les oiseaux marins, pour la plupart protégés et dont certains sont menacés à l’échelle nationale ou régionale."

Zone "en danger" en Occitanie



L'écosystème le plus fragile est celui des "cordons et plages de galets à végétation vivace". Il est placé dans la catégorie "en danger" selon la classification adoptée par l'UICN. Surtout visible le long de la côte occidentale corse mais aussi sur le lido de Pierre-Blanche (Hérault), qui ferme la lagune entre Palavas-les-Flots, Villeneuve-Lès Maguelone et Frontignan, il s'est raréfié avec l'artificialisation du littoral.



Hors de portée des vagues, la végétation y abrite une "microfaune (myriapodes, crustacés isopodes) et quelques coléoptères halophiles". Des oiseaux limicoles (petits échassiers), tels que les gravelots à collier interrompu, y font également leurs nids à même les galets, où "leurs quelques œufs se fondent au risque de se faire écraser par les visiteurs". On lit également dans ce rapport inquiétant que "l'empilement de galets sur le littoral, en apparence inoffensif, supprime les micro-habitats" et empêche "l'absorption de l'énergie des vagues".

Plages "vulnérables" dans les Pyrénées-Orientales



Autre écosystème classé "vulnérable", les "cordons et plages de galets et graviers à végétation pionnière". Des rivages dispersés sur le littoral occidental corse, ainsi que sur le Cap Corse, et sur "les plages de poches" du littoral provençal et de la Côte Vermeille - la côte des Albères, dans les Pyrénées-Orientales, qui s'étend du sud d'Argelès-sur-Mer et se prolonge jusqu'à la frontière espagnole .Cet écosystème abrite la roquette de mer et l'euphorbe péplis ainsi qu'une faune d'invertébrés détritivores (crustacés amphipodes et isopodes, petits gastéropodes), dont le "remarquable grillon maritime", qui nourrissent les oiseaux limicoles.

Les falaises ainsi que les garrigues basses et phryganes sont de leur côté classées encore un niveau au-dessous et apparaissent comme "quasi-menacées". Les maquis et fourrés sont enfin répertoriées en "préoccupation mineure". 

Cette évaluation des rivages rocheux fait suite et complète une étude des littoraux sableux déjà publiée en 2020  L'UICN avait alors classé les dunes blanches "en danger" et six autres écosystèmes sableux comme "vulnérables". Le bassin méditerranéen constitue l'un des 36 points chauds de la biodiversité dans le monde : la biodiversité y est particulièrement riche mais elle est aussi fortement menacée.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité