La préfecture veut lutter contre les accidents

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fabrice DUBAULT

L'Hérault, 2e département le plus meurtrier de France, lance un appel "aux idées" pour lutter contre les accidents

Après des vacances particulièrement meurtrières sur les routes, la préfecture de l'Hérault est à la recherche de nouvelles solutions de communication pour sensibiliser les automobilistes. Elle veut lutter contre les accidents trop nombreux et trop meurtriers. Des limitations de vitesse sont envisagées, même sur autoroute.

Le mois de juillet a été catastrophique avec 24 tués sur les routes du département contre 14 l'année précédente. Et si août a été un peu moins meurtrier qu'en 2010 (avec 11 décès contre 17), septembre a très mal commencé avec déjà 4 morts en 2 semaines.

"Il y a un problème d'accidents dans l'Hérault. Nous ne sommes pas bons. C'est un dossier noir pour le département", a affirmé Nicolas Honoré, le nouveau directeur de cabinet du préfet lors de sa prise de contact avec la presse.

"Avez-vous des idées d'une communication qui permettrait de sensibiliser les automobilistes ? Que peut-on faire ?": M. Honoré a ouvert le débat, reconnaissant ne plus avoir d'idées et être ouvert à toutes les propositions pour inciter les automobilistes

à la prudence.

Les mauvais chiffres des victimes de la route, qui ont commencé en mai avec 10 tués (contre deux en 2010), ont amené les autorités à renforcer les contrôles routiers (vitesse et alcool) sur tous les axes.

Des actions de sensibilisation ont également été multipliées par la préfecture, notamment encore vendredi sur la place de la Comédie à Montpellier en partenariat avec la police, la police municipale et la gendarmerie.

Par ailleurs, un renforcement de la limitation de vitesse est envisagé, notamment sur l'autoroute A9 à la hauteur de Montpellier entre Vendargues et Saint-Jean-de Védas, qui passerait de 110 à 90 km/h.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité