Cet article date de plus de 8 ans

LGV Nîmes-Montpellier : financement sur les rails

Avec les subventions des collectivités et de l'Etat, ce prêt de 521 millions rapproche le financement des 2,3 millards

La Caisse des Dépôts a accordé un prêt de 521 millions d'euros sur fonds d'épargne au groupement Oc'Via, mené par Bouygues, pour le financement de la nouvelle ligne à grande vitesse (LGV) Nîmes-Montpellier, a-t-elle indiqué mardi dans un communiqué.

Réseau Ferré de France (RFF) a signé le 28 juin avec le groupe de BTP Bouygues Construction le contrat de partenariat pour cette ligne, dont le montant de total est de 2,28 milliards d'euros, et qui mettra notamment Paris à moins de trois heures de Montpellier.

Il s'agit de la quatrième intervention du fonds d'épargne dans un grand projet ferroviaire français en partenariat public-privé (PPP), le total de ces interventions représentant plus de 1,6 milliard d'euros de prêts, précise l'institution financière.

Après le projet de télécommunications ferroviaires "GSM-R" en 2010 (prêt de 128 millions d'euros), le projet de la LGV Sud Europe Atlantique (SEA) en 2011 (prêt de 757 millions) et le projet de la LGV Bretagne Pays de Loire en 2011 (prêt de 254 millions), le fonds d'épargne a accompagné RFF sur l'ensemble de ses grands projets des dernières années, souligne la Caisse des Dépôts.

Le contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier, d'environ 80km (60km de LGV et 20km de raccordements), sera la première ligne à grande vitesse, dite "mixte", fret et voyageurs.

Le début des travaux est prévu fin 2012, pour une mise en service en 2017.

Remise en cause de plusieurs projets de LGV :

La remise en cause par le gouvernement de futures lignes à grande vitesse, pour cause de rigueur budgétaire, inquiète certains élus régionaux mais conforte les anti-LGV qui avancent depuis longtemps des arguments économiques et environnementaux.

"Nous sommes conscients que les finances publiques sont contraintes, mais la 4e ville de France ne peut pas être tenue à l'écart du réseau européen de la grande vitesse", a déclaré le maire socialiste de Toulouse, Pierre Cohen, réagissant aux propos tenus par le ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac.

Ce dernier, aussi député du Lot-et-Garonne, a prévenu mercredi que "le gouvernement n'aura pas d'autre choix que d'abandonner certains projets".

"Il faudra élaguer", a-t-il averti, s'interrogeant sur l'intérêt de prolonger certaines lignes de TGV "pour un gain de temps marginal", alors qu'il serait peut-être plus urgent de consacrer cet argent à l'entretien des lignes ferroviaires secondaires.

"Ce que le gouvernement a annoncé me paraît raisonnable, réaliste. Il faut prendre tout ces projets, les examiner du point de vue de l'environnement, de l'énergie, de leur utilité, de leur urgence et il y aura à ce moment-là des priorités définies", a déclaré jeudi la patron de la SNCF, Guillaume Pepy.

"Ma conviction, c'est que la priorité de la SNCF, ça doit être les trains de la vie quotidienne, c'est-à-dire les RER en Ile-de-France, les TER en province et le réseau existant", a-t-il assuré.

Or, le Grenelle de l'environnement, qui vise à favoriser le rail sur la route, a prévu la construction de 14 LGV supplémentaires (2.000 km), d'ici à 2020. 2.500 km sont également à l'étude pour le plus long terme.

Seules quatre nouvelles lignes sont aujourd'hui financées et assurées d'être réalisées :

la phase 2 du TGV-Est entre Metz et Strasbourg, Le Mans-Rennes, Tours-Bordeaux et le contournement Nîmes-Montpellier.

L'incertitude plane notamment sur les deux prolongements au-delà de Bordeaux (vers Toulouse et Hendaye), la ligne Paris-Orléans-Clermont-Lyon (POCL), Marseille-Nice (Paca) ou Lyon-Turin.

Pour le président PS de la Région Aquitaine, Alain Rousset, le prolongement vers l'Espagne "est non seulement une priorité mais c'est aussi une obligation internationale puisque l'Europe ne financera que s'il y a une jonction" avec l'Espagne.

Le socialiste Jean-Jack Queyranne, à la tête de la Région Rhône-Alpes, a lui aussi fait part de son inquiétude, demandant "solennellement" au gouvernement de respecter la parole de la France en faveur du TGV Lyon-Turin. Dans les Alpes-Maritimes, le président du conseil général et député UMP Eric Ciotti a dénoncé "un coup d'arrêt inacceptable".

Dans son récent rapport sur l'état des finances publiques, la Cour des comptes relève que le volet "Transports" dans le Schéma national des infrastructures de transports (Snit) "aurait un coût total estimé à 260 milliards d'euros", dont les deux tiers consacrés au ferroviaire.

L'institution s'interroge notamment sur la création de nouvelles LGV "qui ne sont pas budgétairement soutenables et dont, ni la rentabilité financière, ni la rentabilité socio-économique, ni l'intérêt environnemental ne sont établis".

Le nouveau ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, a affirmé vouloir "mettre de l'ordre dans le Snit". Ce sera la tâche d'une commission chargée de "hiérarchiser les projets, de définir un mode d'emploi ainsi que sa faisabilité financière".

"Sans avoir les financements, il est aberrant de parler d'un projet de huit milliards entre Toulouse et Bordeaux pour seulement une élite qui se déplace de métropole en métropole", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la coordination anti-LGV dans le Lot-et-Garonne, Charles d'Huyvetter.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun