Millau : un professeur d'allemand sans poste risque l'expulsion vers la Côte d'Ivoire

Alors que tous les professeurs ont fait leur rentrée ce lundi 5 septembre, Patrick Tiagone, professeur d'allemand d'origine Ivoirienne, n'a toujours pas reçu d'affectation. Et pour cause : il est sous le coup d'une Obligation de quitter le territoire dans un délai de 30 jours. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Patrick Tiagoné, enseignant d'allemand vacataire au Lycée Jean Vigo et Jeanne-d'Arc à Millau et de nationalité ivoirienne, a reçu fin de semaine dernière une Obligation de quitter le territoire français (OQTF) "dans un délai de 30 jours", et ce, malgré l'obtention du CAPES en 2014.

Cette décision intervient quelques jours seulement après le terme de son dernier titre de séjour.

Une vingtaine de membres du Collectif de soutien aux migrants l'a accompagné jeudi 1er septembre devant le commissariat de police pour "pointer" comme la loi l'y oblige 2 fois par semaine.

L’homme a fait appel de la décision de la préfecture. En attendant, il a jusqu’au 29 septembre pour quitter la France.


Embauché sans autorisation de travail

Patrick Tiagoné a été embauché à la rentrée 2012 par l'établissement après avoir effectué un remplacement au lycée Jean-Vigo durant l'année scolaire précédente.

L'année dernière, alors même qu'il était assuré de retrouver son poste à Jeanne-d'Arc, la préfecture lui a délivré dans le courant de l'été un titre de séjour provisoire. En Outre, le récépissé en question n'était pas assorti d'une autorisation de travail. Pendant plusieurs mois, l'homme a donc travaillé sans couverture sociale ou autre assurance. 

Pour rappel, entre 2012 et 2014, Patrick Tiagoné avait bénéficié d'un soutien massif de la population locale pour l'obtention de ses nouveaux titres de séjour.