Lot : un chasseur mis en examen pour homicide involontaire après la mort d'un jeune homme

L’homme âgé de 33 ans est soupçonné d’avoir accidentellement tué mercredi un habitant de Calvignac (Lot) lors d’une battue au sanglier. Il a également été placé sous contrôle judiciaire. L'enquête s'annonce longue.
 
© FTV
Un chasseur a été mis en examen pour homicide involontaire par un juge d'instruction. Mercredi il a tiré accidentellement sur un jeune homme de 25 ans.

Dans un point presse donné ce vendredi matin à Cahors, Frédéric Almendros, le Procureur de la République a donné plus de détails sur ce drame survenu sur la commune de Calvignac dans le Lot.  C'est lors d’une battue au sanglier organisée au lieu-dit La Garrigue, que l’accident a eu lieu. Entre 16h45 et 17h. L’un des chasseurs âgé de 33 ans et originaire de l’Aveyron a tiré, pensant distinguer une masse sombre. Des sangliers auraient été aperçus dans les bois environnants.

Le tir touche mortellement un jeune homme de 25 ans, qui était en train de couper du bois à une centaine de mètres de là. Touché au thorax, cet habitant de Calvignac d’origine anglaise n’a pu être secouru par l’un des chasseurs venu l’aider. 

Un "acte involontaire" selon le Procureur

"C’est un accident, c’est un acte involontaire " a rappelé Frédéric Almendros, le Procureur de la République de Cahors. " Les investigations vont être longues. Il faudra entendre les protagonistes de cette affaire, faire des expertises, tout ça va prendre du temps ". Le magistrat n’exclut pas de procéder à terme à une reconstitution. Le tireur présumé avait passé son permis de chasser en juin 2020.

Le juge d'instruction a donc suivi les réquisitions du procureur de la République de Cahors qui avait demandé cette mise en examen pour "homicide involontaire" et le placement sous contrôle judiciaire du tireur présumé.

"Tout est fait pour assurer la sécurité"

"C'est un drame" a réagi le président de la Fédération départementale des chasseurs du Lot, André Manié. Rappelant que c'est le premier accident mortel auquel il est confronté depuis qu'il dirige cette instance. Il a présenté ses "sincères condoléances" à la famille de la victime, précisant que "l'enquête menée par la gendarmerie déterminera les circonstances exactes de cet accident".
"Nous faisons tout pour assurer la sécurité, c'est notre priorité. Tous les directeurs de battues ont été formés, avec une piqure de rappel en 2020 " rappelle André Manié. Le président de la Fédération départementale des chasseurs du Lot souhaite aller plus loin. Selon lui, à partir du 1er janvier 2021, ce sont "tous les chasseurs (et donc plus seulement les directeurs de battues) qui vont être formés sur ces questions de sécurité".

Polémique sur les réseaux sociaux

Les réactions politiques n'ont pas tardé. Peu après l'accident, Bérangère Abba, la secrétaire d’Etat à la Biodiversité du gouvernement a déclaré dans un tweet que "l'enquête devra faire toute la lumière sur les circonstances de ce drame" :


La polémique enfle. Notamment à travers les réseaux sociaux. Des personnalités se sont emparées du sujet, à l'image de l'humoriste montpelliérain Rémi Gaillard.
 
Ou le journaliste Hugo Clément :
  L'année dernière, selon les chiffres de l'Office français de la Biodiversité, il y a eu 11 accidents mortels en France.
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers accident de chasse accident justice société