Retraite : à 68 ans, un ancien éleveur devient conducteur de bus pour arrondir ses fins de mois

Ancien éleveur ovin, Patrick Lugan n'attend rien de la nouvelle réforme des retraites qui doit être présentée ce mardi 10 janvier. Ce retraité conduit des bus de ramassage scolaire dans le Lot (46) pour arrondir ses fins de mois.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La nouvelle réforme des retraites est présentée ce mardi 10 janvier 2023. On devrait connaître l'âge légal retenu par le gouvernement dans son projet de loi : 64 ou 65 ans.

Mais pour certains, même à la retraite, il faut déjà continuer de travailler afin de s'assurer un revenu décent. C'est notamment le cas de Patrick Lugan, ancien éleveur ovin dans le Lot (46) qui conduit des bus de ramassage scolaire pour arrondir ses fins de mois.

Une équipe de reportage de France 3 Cahors l'a rencontré.

760€ par mois pour vivre

Patrick Lugan a 68 ans et est à la retraite depuis 2017. Il touche de la part de la MSA (Mutualité sociale agricole) 694,91 euros par mois et 70,90 euros de complémentaire par la Carsat (Caisse d'assurance retraite et de la santé au travail). "J'ai commencé à travailler en 1976 et je touche tous les mois 760 euros, ça ne fait pas beaucoup", souligne l'ancien éleveur.

Ça a été une douche froide : le gouvernement avait dit qu'il faudrait un minimum de 85% du Smic et en réalité, je ne touche que ça donc ce n'est pas évident.

Patrick Lugan

Patrick Lugan a été obligé de trouver un complément de retraite. "J'ai donc décidé de faire du ramassage scolaire puisque j'ai tous mes permis et cela me fait un complément de salaire de 600 euros par mois", explique le retraité.

Je n'avais pas imaginé ma retraite comme ça, mais la vie est ainsi, il faut bien manger et payer les charges. Tant que la santé me le permet, je le ferai parce que c'est un bon complément. Je touche pratiquement autant de revenus avec le ramassage scolaire que mes revenus agricoles. 

Patrick Lugan

Deux fois par jour, Patrick Lugan fait donc sa tournée de ramassage scolaire. Le matin, il récupère des enfants dans les villages alentour pour les déposer dans les deux écoles primaires de Montfaucon et de Labastide-Murat dans le Lot.

Et l'après-midi, il effectue le retour, "je récupère des enfants à Montfaucon, j'en pose à Labastide-Murat puis je recharge d'autres enfants qui vont sur Soulomès, Caniac-du-Causse et puis tous les villages en remontant vers Goudou", précise Patrick Lugan.

4 heures par jour, tous les jours de la semaine, hors vacances scolaires, il parcourt 85 kilomètres avec une dizaine d'enfants à bord.