Truffes : dans le Lot, les propriétaires installent des caméras de vidéosurveillance pour éviter les vols

Dans le Lot, plusieurs dizaines de kilos du précieux champignon ont été dérobés dans les truffières. Les gendarmes veillent à dissuader les vols dans les propriétés du Quercy.

La période des fêtes de fin d'année est propice aux vols opérés dans les truffières. Le Lot est un département particulièrement impacté, environ 25 kilos de champignons ont été dérobés dans la dernière période de décembre 2022 sur les plateaux du Quercy blanc, dont au moins 15 kg chez un trufficulteur de Sauzet (46). Soit au total, un préjudice de 25 000 euros.

Pendant les fêtes, les brigades de gendarmerie locales mettent en place un dispositif renforcé sur cette période de vulnérabilité des producteurs. La surveillance se poursuit tout au long de la saison de récolte.

L'année 2022 aura été particulièrement difficile pour les trufficulteurs. Un été aride, un hiver très doux, et peu de truffes sous les chênes truffiers du Lot. Seuls les producteurs qui ont irrigué ont pu bénéficier d'une récolte correcte. Une aubaine donc pour les pillards bien avisés : pas moins de 25 kilos de truffes ont été chapardés en ce début d'hiver.

Pour Alain Ambialet, président du syndicat des trufficulteurs de Lalbenque, 25 kilos est une estimation basse des larcins. Plusieurs propriétés ont été visitées depuis début décembre. "Les producteurs sont victimes de leur succès. À 1.000 euros le kilo de truffes ça intéresse du monde, c'est pratiquement un Smic par kilo.

On est passé de l'amateur qui pique 1 ou 2 truffes, à la bande organisée.

Alain Ambialet - Président du syndicat des trufficulteurs de Lalbenque

"Car pour aller caver, il faut des chiens et bien connaître le territoire" précise t-il.

Les truffes sous vidéosurveillance

Pour ce trufficulteur, la nécessité de s'équiper de caméras sur sa propriété n'est plus une option. "On a besoin de garder un oeil sur la truffière de jour comme de nuit et obtenir des preuves", mais pas question de prendre le moindre risque. "S'il y a une intrusion, je serai averti par un signal sonore et je pourrai déclencher l'intervention des gendarmes depuis chez moi."

Pour faire face à la recrudescence des vols en fin d'année, un dispositif spécial a été mis en place. 

Des brigades supplémentaires patrouillent le jour et plus discrètement la nuit sur les territoires concernés. 

L'objectif est de rassurer les propriétaires, dissuader les vols et procéder aux interpellations en flagrant délit.

"Ne pas se faire justice soi-même"

Les gendarmes s'inquiètent que les trufficulteurs ne cherchent eux mêmes à empêcher un vol. Dès lors qu'il y a dépôt de plainte d'un propriétaire victime de vol, une enquête judiciaire est ouverte.

En cas d'effraction, prévenir la brigade de gendarmerie la plus proche ou appeler le 17 et surtout ne pas agir seul, prévient Philippe Valverde Commandant de la Gendarmerie départementale à Cahors.