Un épouvantail avec une inscription "ACAB" met en émoi les gendarmes d'un village du Lot, c'est l'oeuvre d'un enfant de 10 ans

Dans un article, le journal Médiapart raconte des tensions avec des gendarmes autour d'un épouvantail arborant un T-shirt "ACAB" créé par un garçon de 10 ans dans le cadre d'un festival à Lalbenque (Lot).

Les habitants et participants d'un festival à Lalbenque dans le Lot ont eu la surprise de voir débarquer deux gendarmes en uniforme samedi 5 août. Avec une requête surprenante : ils recherchaient un épouvantail et exigeaient qu'il soit retiré de l'espace public, raconte Médiapart dans son article.

Un épouvantail qui crispe

L'épouvantail caricatural en question s'appelle Jean-Yves. Il arbore un jean troué, une crête jaune, des lunettes de soleil sur un visage fait d'une casserole et un grand t-shirt blanc sur lequel est inscrit "ACAB". Un acronyme anglais : " All cops are bastards", qui signifie en français "tous les flics sont des bâtards". Ce slogan a fait son apparition en Angleterre au moment de l'entre-deux-guerres. C'est bien cette inscription sur le T-shirt qui a crispé les gendarmes du village.

Réalisé par un enfant de 10 ans, cet épouvantail a été confectionné à l'occasion d'un festival culturel occitan, au côté de bien d'autres, dans le cadre d'un concours. Mais, c'est bien Jean-Yves, qui a séduit les habitants du village et remporté le concours.

"Un appel à la haine"

Comme l'explique dans un Thread Twitter la journaliste Emma Conquet et bénévole du festival, un peu plus tôt dans la journée, "un homme a prévenu la brigade locale, furax de voir ACAB écrit sur l'épouvantail #delation ".

Lorsque les deux gendarmes arrivent sur le marché ils échangent avec les organisateurs : "c'est un appel à la haine et c'est très grave", disent-ils. Emma Conquet ajoute : "ils nous intimident et nous menacent d'aller plus loin : il y aura une suite".

L'inscription "ACAB" n'a pas été choisie par hasard par le jeune garçon. Dans un tweet, la bénévole du festival ajoute : "c'est un grand lecteur et fan des Vieux Fourneaux". Une bande dessinée qui raconte les aventures de trois septuagénaires. Le slogan est repris à de nombreuses reprises dans la BD aux côtés des personnages. La maire du village intervient auprès des deux gendarmes qui finissent par repartir.