Lot : un nouveau miracle de la génétique au zoo Padiparc

Publié le
Écrit par Benoît Roux

S'il s'agissait d'humains, on pourrait parler d'Immaculée Conception mais on parle de reptiles. Une maman varan a donné naissance à 3 bébés au zoo de Padiparc dans le Lot. Pourtant, le gérant l'affirme : elle n'a croisé aucun mâle varan. Miracle !

C'est un parc dédié aux reptiles tout récent : le Padiparc est ouvert depuis 2 ans à Padirac dans le Lot. En ce dimanche (jour sacré) 23 janvier, Raphaël da Fonseca son gérant, surveille une fois de plus les œufs de la femelle varan à l'incubateur depuis plusieurs mois. Et ô miracle, un bébé varan a percé la coquille. 

3 bébés varans au Padiparc sans fécondation du mâle

Voilà 40 ans que Raphaël da Fonseca élève des reptiles et il n'a jamais vu ça : des bébés varans nés d'une maman qui n'a jamais croisé un mâle. Tout simplement parce qu'il n'y en a pas dans ce parc lotois !

"On savait, confie Raphaël da Fonseca, que chez certains varans, il y avait quelques cas de parthénogénèse avérés en France. Cette femelle varan que nous avons a fait plusieurs pontes et systématiquement, nous mettions les œufs à l'incubateur au cas où. Là, j'avais remarqué que 3 œufs étaient particulièrement beaux. Surtout, ils ne sont pas pas détériorés depuis qu'ils sont dans l'incubateur, ce qui est plutôt bon signe. Dimanche matin je suis allé voir ce qu'il en était et j'ai aperçu ce bébé varan qui avait percé la coquille."

"Shy" est la seule femelle Varan Malais du zoo. Et aucun mâle n'est là pour lui tenir compagnie. Il s'agit donc d'une fécondation sans avoir eu de partenaire. Aujourd'hui, le miracle s'est réitéré. "Ce matin, nous avons eu une deuxième naissance et un troisième bébé a cassé la coquille et il mangeait la réserve vitelline (réserve de matière nutritive) avant de s'extraire complétement. La grosse difficulté sera de les faire manger car même dans la nature, la mère ne s'en occupe pas. D’ici 3 /4 jours, nous leur donnerons des insectes : grillons, blattes, puis du poisson et des jeunes souris."

Une fois la survie acquise, il faudra faire reconnaître ce cas de parthénogenèse.

Une parthénogenèse très rare

La parthénogenèse est la reproduction monoparentale à partir d'un individu femelle. Les abeilles sont un exemple classique de ce phénomène déjà observé chez des animaux domestiques comme le poulet. Mais elle reste assez rare. Chez les varans, on note 1 naissance de la sorte en 2006, à Saint-Martin la Plaine à côté de Saint-Etienne. Mais ce cas n'a pas été authentifié.

Raphaël da Fonseca est donc à la recherche d'un scientifique, d'un généticien, d'un laboratoire qui pourrait authentifier cette naissance via la parthénogenèse. "Je ne sais pas trop comment ça va se passer. Il faudra certainement faire des prélèvements sanguins sur les 3 petits et sur la maman et réaliser un recoupement d’ADN. Mais c'est important pour faire avancer la science. Cela peut permettre de pérenniser l’espèce. L'an dernier, nous avions eu un cobra leucistique, né naturellement blanc avec yeux bleus, avec des parents classiques. C'est un phénomène plus commun." 

En attendant cette reconnaissance, le Padiparc se prépare à rouvrir ses portes le 1er février 2022, tous les jours de 10h à 18h sauf le lundi. Les bébés varans ne seront pas la seule nouveauté : 1 couple de "boa canin", atypique de par sa couleur complètement verte, et des "vipères à cils" attendent les visiteurs.